• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tours : l’orgue de la cathédrale Saint-Gatien “asphyxié” par la sécheresse

L'orgue de la cathédrale de Tours. / © Tampigns / Pixabay
L'orgue de la cathédrale de Tours. / © Tampigns / Pixabay

L’orgue de la cathédrale Saint-Gatien de Tours souffre de dysfonctionnements à cause des fortes chaleurs de cet été. Les deux derniers concerts prévus fin août ont d’ailleurs été annulés. 

Par Julie Postollec

Les épaisses pierres de la cathédrale Saint-Gatien de Tours ne suffisent pas à protéger l’orgue de la sécheresse, et celui-ci souffre des températures élevées qui durent. Gérard Proust, l’organiste qui s’occupe de l’instrument en sait quelque chose.

"A partir du moment où l’on passe un seuil de température, les matériaux travaillent beaucoup", explique-t-il, comme les éléments en bois "qui tirent les soupapes entre les notes et les tuyaux". 

Or, avec le prolongement de la sécheresse, les touches s’enfoncent moins bien, "les soupapes ne s’ouvrent pas normalement", "les tuyaux ne sont pas alimentés en air avec le débit qu’il faut", détaille Gérard Proust.

On a l’impression que l’orgue va être faux, qu’il ne parle plus, comme quelqu’un qui est asphyxié.

L'orgue de la cathédrale Saint-Gatien de Tours compte près de 4.000 tuyaux. / © Association "Présence Cathédrale"
L'orgue de la cathédrale Saint-Gatien de Tours compte près de 4.000 tuyaux. / © Association "Présence Cathédrale"



Comme une voiture à 3 vitesses au lieu de 6

L’organiste tente de baisser la température dans l'orgue "en mettant des bassines d’eau, et en les remplissant régulièrement". "Mais vu l’espace qu’il y a, souffle-t-il, cela ne suffit pas. Et la chaleur fait travailler la tuyauterie quand l’après-midi le soleil donne sur l’instrument."

Lui et les autres musiciens ne peuvent pas se servir de la totalité de l’instrument et des claviers. Ils sont alors obligés d’adapter leur façon de jouer et leur répertoire lors des concerts : "cela fait des contraintes, c’est comme si on donnait à un pilote de course une voiture qui fonctionne à trois vitesses au lieu de six".

"On aménage les registres pour que ce soit adapté à l’instrument tel qu’il est actuellement", précise-t-il.


Concerts annulés

Ce n’est pas la première fois que l’orgue de la cathédrale souffre de la sécheresse. "On a eu une première alerte très chaude en 2003, puis on a quelques étés chauds ces dernières années", se souvient Gérard Proust. "Mais c’est de plus en plus fréquent", remarque-t-il.

"Ce qui m’inquiète cette année, c’est que la sécheresse a commencé dès la fin du mois de juin", relate-t-il. C’est pour cette raison que les deux derniers concerts prévus le 18 et le 25 août ont été annulés.

On avait peur que l’orgue soit complètement asphyxié à la fin du mois d’août.

Mais Gérard Proust se veut malgré tout rassurant : il suffit d’attendre la baisse des températures et l’automne "pour que la situation redevienne normale".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

La filière du cornichon français lancée dans le Loir-et-Cher progresse bien

Les + Lus