• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tours : que va devenir la base aérienne militaire ?

La BA 705, la base aérienne militaire de Tours, va perdre son école d'aviation de chasse, transférée à Cognac (Charente) dès l'été 2020. L'avenir de la base passe désormais par le développement du centre des ressources humaines de l'armée.

Par Alain Heudes

Juin 2020, c'est la date de l'ultime délivrance d'un brevet de pilote de chasse à Tours. Cette annonce a été faite ce jeudi par le commandant de la base de défense de Tours, le colonel Sébastien Valette.

Il s'agit de la fin d'une histoire vieille de presque un demi siècle, l'EAC, l'Ecole d'Aviation de Chasse est présente à Tours depuis 1961. En 2020 l'EAC part donc à Cognac (Charente) avec 400 militaires, mais il restera tout de même 1400 civils et militaires sur la base aérienne tourangelle.

Le 1er juillet 2021 marquera la fin des activités militaires strictement aériennes. Il n'y aura plus d'avions militaires, en revanche le trafic aérien civil y sera développé sous l'égide de la DGAC, la Direction Générale de l'Aviation Civile. Quatre contrôleurs aériens militaires seront d'ailleurs transférés à la DGAC. Sur les 310 hectares de la base aérienne de Tours, seuls 80 seront conservés par l'armée, tout le reste passera au civil via une cession au bénéfice de Tours-Métropole.

L'essentiel de la vie militaire à Tours sera ensuite orchestrée autour de la DRHAA, la Direction des Ressources Humaines de l'Armée de l'Air, dont 80% des personnels sont installés dans la Métropole tourangelle.
D'autres unités de ce type, la DRHAT (direction des ressources humaines de l’armée de terre) et la DPMN (direction du personnel de la marine nationale) sont déjà implantées en centre-ville de Tours.
 
 

Les avions militaires seront toujours visibles dans le ciel tourangeau

Outre la gestion des dossiers administratifs des militaires, cette direction anime une importante cellule de recrutement, qui dispose notamment de l'expertise du Centre d’Études et de Recherches Psychologiques Air. Enfin l'arrivée, lors de l'été 2018, de la direction de la médecine des Forces (DMF) du Service de Santé des Armées, confère à Tours des assurances en matière de permanence de l'activité militaire dans la ville.

Des avions militaires seront toujours visibles dans le ciel tourangeau au-delà de 2021. Ils sont basés à Cinq-Mars-la-Pile, à quelques encablures de l'emplacement de l'Ecole d'Aviation de Chasse. Son rôle de protection du territoire national reste inchangé et le nombre de personnels, 350, demeure strictement égal.
 
Le colonel Sébastien VALLETTE, Commandant de la base aérienne 705 à Tours. / © FTV/D.Pouget
Le colonel Sébastien VALLETTE, Commandant de la base aérienne 705 à Tours. / © FTV/D.Pouget

Toutes les futures évolutions de la B.A 705 de Tours ont été préparées par le colonel Sébastien Valette, le Commandant de la base de défense de Tours, mais c'est son successeur qui en verra la concrétisation. Dès l'été prochain le colonel Valette sera remplacé par le colonel Guillaume Bourdeloux, actuel chef du département médias de la délégation à l'information et à la communication de la défense. 
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Ce que j'aime dans le mandat de Maire...

Les + Lus