Tours : le stationnement redevient payant le 19 février

Le stationnement redevient payant à Tours prochainement - Photo d'illustration / © MAXPPP
Le stationnement redevient payant à Tours prochainement - Photo d'illustration / © MAXPPP

Depuis un mois, il était totalement gratuit, le temps de lisser les dysfonctionnement de la réforme nationale sur le stationnement. 

Par Yacha Hajzler

Fin de la récré, ou fin de la galère ? Le 19 février, le stationnement redevient payant dans la ville de Tours. Il avait été rendu temporairement et entièrement gratuit sur décision du maire le 16 janvier. Christophe Bouchet avait en effet décidé de suspendre la réforme nationale sur le stationnement. 

Cette réforme visait à rendre les collectivités compétentes dans le domaine des infractions de stationnement, en leur donnant notamment la possibilité de fixer le montant des amendes. Le choix leur était également laissé de confier la gestion à des sociétés privées.

Une réforme à ajuster


Mais peu après la mise en place de la réforme, constat amer du maire de Tours : celle-ci  "pose de nombreuses difficultés aux Tourangeaux et à la collectivité. [Son fonctionnement est] insatisfaisant car complexe, peu lisible et source d’erreurs."

Un problème n'arrivant jamais seul, la mairie relevait "dans le même temps" des dysfonctionnements importants des horodateurs, un peu partout dans la ville. "Leur programmation par le prestataire ne permet pas un usage simple et lisible par les habitants et les visiteurs", ajoutait alors la mairie de Tours. 

Un horodateur hors service à Tours. / © Mairie de Tours
Un horodateur hors service à Tours. / © Mairie de Tours

La suspension de la réforme avait donc été décidée, rendant de facto le stationnement gratuit dans l'ensemble de la ville. 

La gratuité, loin d'être un graal


Ce retour à la normale, étonnamment, ne devrait pas faire que des mécontents. "La gratuité du stationnement favorise les voitures ventouses (véhicules qui restent plusieurs jours sur un emplacement du fait de sa gratuité ndlr), et c'est tout ce que nous n'aimons pas, nous les commerçants", expliquait par exemple François Serin, président du syndicat des commerçants des Halles de Tours, à nos confrères de France Bleu. 

Il était, de fait, bien difficile de trouver une place dans Tours ces dernières semaines. La réinstauration de la réforme devrait se faire, cette fois, en concertation avec les commerçants et les Tourangeaux : des réunions sont prévues la semaine prochaine, avant une campagne d'information publique. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les 500 ans de la Renaissance en région Centre-Val de Loire

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés