VIDÉO. La start-up tourangelle Lovaltech lève 6,8 millions pour son vaccin nasal contre le Covid-19

durée de la vidéo : 00h01mn41s
Le vaccin nasal contre le Covid-19 poursuit son développement. La start-up tourangelle Lovaltech vient de lever 6,8 millions d’euros. ©France télévisions - Coraline Ditte et Julien Bernier

Cette somme permettra de fabriquer une première version du vaccin et de le tester sur l’Homme. La mise sur le marché est prévue pour 2026.

C'est une grande étape que s'apprête à franchir Lovaltech. La firme va pouvoir lancer l'industrialisation et les essais cliniques de son vaccin nasal contre le Covid-19, grâce à une levée de fonds qui a permis de récolter 6,8 millions d'euros, ce mercredi 24 avril.

Pour l’équipe de chercheurs tourangeaux, cette manne financière est un véritable coup d’accélérateur. Avec l'argent reçu de l’État, de la région Centre-Val de Loire et d’investisseurs privés, la compagnie espère commercialiser son futur vaccin nasal dans deux ans.

Des tests sur l'Homme en fin d'année

Après des essais précliniques de son vaccin sur des animaux, Lovaltech n’a jamais été aussi proche de son objectif, avec des tests sur l'humain qui devraient commencer fin 2024.

La compagnie, fondée en 2022, n'a certainement pas l'assise financière des grands laboratoires, tels que Pfizer, Moderna ou encore AstraZeneca. Ces derniers ont pu également compter sur de vastes plans de subventions publiques (Union européenne, etc.), à la hauteur de plusieurs milliards d'euros, pour lancer et produire rapidement leurs vaccins anti-Covid.

Lovaltech, de son côté, estime que le développement de son vaccin nasal n'a pas pris trop de temps. Bien au contraire. "Ça montre combien on a pu avancer de façon très rapide", avance ainsi Isabelle Dimier-Poisson, la directrice scientifique de la start-up. "Même si on entend que le développement a été très long, il faut savoir qu'un vaccin, c'est entre 10 et 15 ans, de la conception à la commercialisation", poursuit-elle.

Lutter contre d'autres maladies

La start-up voit déjà plus loin que ce vaccin anti-Covid. Elle ambitionne d'en développer d’autres, ciblant d'autres maladies, comme l'indique Isabelle Dimier-Poisson : 

"Les maladies infectieuses, c'est 14 millions de morts chaque année pour des maladies qui sont mal on non couvertes par la vaccination. Donc, il y a encore énormément de choses à faire. Je pense que les futurs vaccins administrés par voie nasale ouvriront la voie à des stratégies de vaccination extrêmement efficaces".      

Pour l’heure, Lovaltech recherche 240 candidats pour tester son vaccin anti-Covid. Ces tests seront menés au CHU de Tours, mais également à Paris, Saint-Etienne, Limoges et Dijon.

Avec Coraline Ditte et Julien Bernier

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité