Un tourangeau figure probablement parmi les victimes du crash d'avion au Népal

Le seul français recensé parmi les passagers de l'avion qui s'est écrasé le 15 janvier 2023 au Népal est vraisemblablement un habitant de Luynes en Indre-et-Loire. Le maire de la commune en a été informé par la préfecture

L'information révélée par nos confrères de la Nouvelle République nous a été confirmée par le maire de Luynes, Bertrand Ritouret. L'édile a été contacté la semaine dernière par la préfecture d'Indre-et-Loire, elle-même mise au courant par le ministère des affaires étrangères.

C'est ainsi qu'il a appris que le seul français recensé parmi les passagers de l'avion qui s'est écrasé au Népal le 15 janvier dernier serait Pascal I., l'un de ses administrés.

On a toujours du mal à réaliser quand on apprend ça. Vous voyez l'information à la télévision mais, quand vous n'êtes pas proche des gens, c'est différent. Là, il y a une proximité réelle qui intervient et c'est relativement étrange, compliqué et dur de dire ça à la famille qui le subit.

Bertrand Ritouret - Maire de Luynes

"Il était toujours par monts et par vaux, à courir le monde entier"

Bertrand Ritouret connaissait la famille de cet homme de 58 ans, "installée à Luynes depuis environ une quarantaine d'années", détaille-t'-il. Pascal I. était un ancien salarié d'IBM qui avait cessé de travailler pour se consacrer à sa passion pour les voyages. "C'est quelqu'un qu'on voyait peu car il voyageait beaucoup depuis qu'il était à la retraite. Il était toujours par monts et par vaux, à courir le monde entier pour ses treks, donc il avait peu de présence sur Luynes dans le cours de l'année".

Sa mère, âgée de 80 ans, vit depuis peu dans un ehpad de Tours. Interrogée par nos confrères de la Nouvelle République, elle explique avoir passé Noël avec Pascal I. avant qu'il ne s'envole pour la Malaisie puis le Népal. Son corps n'a pas encore été identifié et Pascal I. est actuellement considéré comme disparu mais sa mère, comme le maire de Luynes, ont peu de doutes: "Il est probable que ce soit lui", concède Bertrand Ritouret, "mais pour l'instant nous n'avons aucune certitude (...)  Espérons que ce ne soit pas le cas mais les probabilités font que c'est plus qu'envisageable malheureusement".

Des tests ADN pratiqués

Afin d'en avoir la certitude, la mère de Pascal I. explique que des gendarmes sont venus la rencontrer pour procéder à un prélèvement ADN. L'octogénaire affirme également qu'elle et la sœur de Pascal I. ont déposé plainte contre la compagnie aérienne.

Le 15 janvier dernier, un avion bimoteur de la compagnie népalaise Yéti Airlines s'est écrasé au fond d'un ravin de 300 mètres au Népal. Le crash a eu lieu peu avant l'atterrissage, près de l'aéroport de Pokhara, pour des raisons qui restent encore à déterminer. Sur les 72 passagers et membres d'équipage, au moins 68 sont morts et 4 sont portés disparu. C'est la catastrophe aérienne la plus meurtrière depuis 30 ans au Népal.