Châteauroux : malgré une fréquentation décevante, l'Equinoxe se prépare à la rentrée

L'été s'annonce décevant pour le monde du théâtre. Malgré des spectacles à prix très doux et une programmation éclectique et joyeuse, les spectateurs de Châteauroux semblent réticents à retrouver la scène. Reste à réussir la rentrée de septembre.

L'Equnoxe, à Châteauroux. Photo d'illustration
L'Equnoxe, à Châteauroux. Photo d'illustration © FREDERIQUE AVRIL / MAXPPP

Jérôme Montchal, le directeur d’Equinoxe est un peu déçu. Il pensait que la mini-saison mise en place avant l’été attirerait davantage de spectateurs. Les raisons de la relative désaffection constatée sont multiples : "C’est partout pareil en France On s’attendait à ce que ça fonctionne bien, et ce n’est pas tout à fait le cas. Je pense que les gens ont d’autres priorités pour l’instant et qu’ils attendent la rentrée pour recommencer la vie d’avant.

Mais pour le directeur de la Scène nationale de Châteauroux, cette remise en route était de toute façon nécessaire. "Il fallait qu'on se rode de nouveau, ça nous permet de tester de nouvelles choses, nos prototcoles. Au final cela va vraiment nous aider pour la saison prochaine."

Cap sur la nouvelle saison

Car cette nouvelle saison va venir très vite avec ses 65 spectacles proposés au public. Le 24 août prochain, s’ouvrira la campagne d’abonnements et le 10 septembre, à l’occasion d’une grande fête, le programme sera officiellement présenté, comme c’est de tradition.

Sans être une année de transition, cette programmation traduit la volonté de l’équipe de présenter de nouvelles propositions au public. "Cette saison va nous permettre de voir ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins bien", poursuit le directeur de l'institution. 

Nous avons une mission envers la création contemporaine, mais nous avons besoin aussi de montrer le théâtre de répertoire. On va tester trois sortes de mise en scène : classique, contemporaine, et entre les deux… J’ai envie de savoir quelles sont les réactions du public.

Jérôme Montchal, directeur de l'Equinoxe

"On dira que c’est une saison éclectique mais au bon sens du terme avec une saison très pluri-disciplinaire." Jérôme Montchal, qui habituellement voit plus de 200 spectacles par an, a dû s’adapter aux changements dus au Covid. A la question de savoir s’il a trouvé facilement de nouveaux spectacles il nous répond : "Non ce n’était pas si simple au final. Pendant longtemps on n’a pas pu en voir, après on a eu la chance d’avoir des représentations professionnelles, mais pas forcément ce qu’on avait envie de voir. C’est pour ça que j’ai fait ma programmation sur deux critères distincts, à la fois des spectacles anciens de très grande qualité, qui tournent toujours, et sur des spectacles que j’ai vu, dont j’apprécie le travail."

Je me suis mis dans la peau d’un directeur d’opéra , qui doit choisir un metteur en scène des chanteurs, un orchestre, pour faire de même avec des comédiens, un texte et un metteur en scène.

Jérôme Montchal Directeur d’Equinoxe.

Outre le théâtre, les abonnés retrouveront les spectacles dont ils ont l’habitude. Concernant les jauges et les conditions sanitaires d’accueil du public, difficile de se prononcer pour l’heure, car tout peut évoluer très vite dans les protocoles mis en place.  Simplement de Directeur souhaite avoir un maximum de précautions, pour rassurer le public, dans la mesure où le covid ne sera pas éradiqué à l’automne.

Cinq spectacles à voir avant la fermeture estivale

En attendant il reste encore cinq spectacles à voir, à prix très doux, voir même gratuits.

 

Un spectacle de cirque loufoque. L’aventure de deux condamnés au bagne en Calédonie. Un hymne à la liberté. Le spectacle se déroule sur l’esplanade d’Equinoxe. Il est gratuit. Il faut juste retirer ses billets avant le spectacle.

La semaine prochaine, la Danse sera à l’honneur avec deux compagnies et deux genres de spectacle.

Un spectacle de danse contemporaine, fougueux et acrobatique, sur la base de rythmes maghrébins et ouest-africains.

Tarif plein 10 euros, 6 euros pour les moins de 30 ans, demandeurs d'emploi et intermittents.

Nerveux, répétitif, hypnotique, ce spectacle de danse physique et quasiment chamanique vous mettra en transe.

Tarif plein 10 euros, 6 euros pour les moins de 30 ans, demandeurs d'emploi et intermittents.

Une conversation autour du feu entre Mme Champolleau et M. Gauthier, deux retraités, tourne au spectacle comique pour le plus grand plaisir de l'audience.

Tarif plein 10 euros, 6 euros pour les moins de 30 ans, demandeurs d'emploi et intermittents.

Schönberg, Debussy et Max Richter (réinterprétant Vivaldi) interrogent les liens entre présent et passé dans ce concert marqué du sceau du romantisme, en co-réalisation avec le Festival Debussy.

Tous les  détails sont à retrouver en ligne sur le site  

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture théâtre musique humour sorties et loisirs danse