Déconfinement et culture : en Indre-et-Loire, la musique résonne de nouveau

Depuis le 19 mai, les lieux culturels sont autorisés à recevoir de nouveau du public sous conditions. En Indre-et-Loire, les organisateurs de festivals de musique sont sur les chapeaux de roue : ils se réjouissent de pouvoir enfin renouer avec les spectateurs et les artistes.

Le festival de la Grange de Meslay se tient jusqu'au 18 juin prochain.
Le festival de la Grange de Meslay se tient jusqu'au 18 juin prochain. © Image d'archives. GERARD PROUST / MAXPPP

Depuis plusieurs semaines maintenant, le château d'Amboise ne désemplit pas. L'activité touristique a repris, à la plus grande joie du personnel. Mais ce mois de juin 2021 signe aussi le grand retour du festival "Avanti la Musica", qui fêtera cette année son 10e anniversaire. Le concert d'ouverture se tient ce samedi 12 juin dans les jardins du château, à partir de 19h30. 

"Il y a eu un véritable engouement : nous avons vendu les places très rapidement. Les gens veulent retrouver la musique, qui leur a beaucoup manqué ces derniers mois", détaille Samuel Buchwalder, en charge de la communication du lieu. 

C'est l'ensemble "Le banquet du Roy" qui ouvrira le bal pour cette nouvelle édition. Au programme : une voyage en Orient aux sonorités baroques, sur les pas du musicien sévillan Francisco Guerrero. Trois autres concerts se tiendront par la suite courant juin. 

"Je suis heureuse pour les musiciens et la musique en général"

Du côté du festival de La Grange de Meslay, le rythme est également soutenu. "C'est bien simple, on a des concerts prévus tous les soirs jusqu'au 18 juin prochain !", sourit la pétillante Danielle Mommeja, à la tête de l'association des Fêtes musicales en Touraine.

Cette année, ce grand rendez-vous de la musique classique a connu une petite révolution : une partie des concerts ont été organisés à Tours, à l'espace MAME. L'autre partie se tient, comme à son habitude, dans la mythique grange de Parçay-Meslay. 

À l'affiche, on retrouve entre autres le pianiste Alexandre Kantorow, le violoniste Renaud Capuçon ou encore les deux mezzos Karine Deshayes et Delphin Haidan.

Le public est au rendez-vous et les bénévoles sont venus très facilement à nous. La plupart de nos concerts affichent complets ou presque. C'est très positif : je suis heureuse pour les musiciens et la musique en général.

Danielle Mommeja, présidente de l'association des Fêtes musicales en Touraine.

Quelle organisation ?

Si le monde de la culture semble enfin entrevoir le bout du tunnel, les dernières semaines n'ont pas été de tout repos. L'organisation d'événements relève parfois du casse-tête, notamment avec les contraintes sanitaires imposées par le gouvernement.

Jusqu'alors limitée à 35 % de la capacité d'accueil, la jauge est passée à 65 % le 9 juin dernier pour les salles de spectacle et les festivals extérieurs assis. Le port du masque reste toutefois requis et le pass sanitaire doit être présenté lors des événements rassemblant plus de 1 000 personnes. 

Le château d'Amboise n'est pas concerné par cette dernière mesure. "Le concert d'ouverture accueillera 80 personnes", précise Samuel Buchwalder.

Nous avons espacé les chaises pour que les groupes ne soient pas en contact entre eux et nous serons en plein air.

Samuel Buchwalder, en charge de la communication au château d'Amboise.

L'équipe de Danielle Mommeja a quant à elle tout misé sur ses expériences passées pour cette nouvelle édition. "En 2020, nous avions annulé notre événement en juin et nous l'avions reporté sur deux journées au mois d'août", rappelle la septuagénaire. "Nous avions mis en place un protocole et nous ne savions pas comment nos clients allaient réagir. Mais ça s'est très bien passé ! Nous avons donc décidé de ne rien changer à notre organisation pour 2021."

D'un bout à l'autre de l'Indre-et-Loire, on veut croire que la crise sanitaire est désormais loin derrière. "Pourvu que ça dure encore longtemps comme ça !", espère Danielle Mommeja. "Nous sommes tous tellement ravis de reprendre et de retrouver le public", complète Samuel Buchwalder. Pour que vivent la musique et la culture !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture déconfinement société loisirs sorties et loisirs économie concerts