• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Maison des syndicats de Châteauroux : la cour d'appel tranche en faveur de la CGT et de la CFDT

La maison des syndicats Louise-Michel, à Châteauroux. / © F3 Centre-Val de Loire
La maison des syndicats Louise-Michel, à Châteauroux. / © F3 Centre-Val de Loire

Nouveau rebondissement dans le feuilleton de la Maison des syndicats de Châteauroux. La cour d'appel de Versailles donne en effet raison aux syndicats, en conflit avec la mairie à propos de leurs loyers. L'affaire oppose la ville à la CGT et la CFDT depuis près de 15 ans.

Par France 3 Centre-Val de Loire

La cour d'appel a tranché : elle s'est prononcée ce mardi 12 mars en faveur de la CGT et de la CFDT dans l'affaire qui les oppose à la ville de Châteauroux. Une décision qui a outré le maire, Gil Avérous, qui a réagi cet après-midi par le biais d'un communiqué où il ne mâche pas ses mots :

Je trouve cette décision déplorable. C’est injuste. On tolère que deux syndicats vivent au crochet de la collectivité et volent l’argent des Castelroussins. C’est intolérable que la CGT et la CFDT ne payent pas leurs charges, ni l’eau ni le chauffage ni l’électricité. Ce sont des décisions comme celles-ci qui révoltent les Français.

L'édile ne baisse pourtant pas les bras, et indique que la ville se pourvoira en cassation "pour défendre ses droits face à ces squatteurs".

Quinze ans de conflits

L'affaire de la maison des syndicats de Châteauroux débute en 2004 lorsque l'ancien maire, Jean-François Mayet, remet en cause le droit des syndicats, octroyé par l'usage, d'occuper gracieusement les locaux payés par la commune. Devant leur refus de verser un loyer, la mairie assigne en justice la CGT, FO et la CFDT en 2004. Le pourvoi en cassation du maire pourrait toutefois signer l'acte final de cette affaire et de ses annexes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Ce que j'aime dans le mandat de Maire...

Les + Lus