Incendies et incivilités : le maire d'une commune de 400 habitants inquiet

Pour le maire de Celon, c'est l'incompréhension totale. Depuis plusieurs mois, sa petite commune de 400 habitants est victime de plusieurs incendies et incivilités. Le dernier en date, 60 000 euros de bois de charpente prévus pour un chantier partis en fumée.

Aucun doute pour le maire de Celon, Alain Bossard, l'incendie est criminel. 60 000 euros de bois sont partis en fumée, dans la nuit du 25 au 26 juillet 2023.

Comme le relatait le journal La Nouvelle République, les pompiers se sont rendus sur place en pleine nuit, pour lutter pendant deux heures contre les flammes.

Enquête en cours

"À 2h du matin, tout le monde dort", affirme bien volontiers Alain Bossard, après que les gendarmes ont écumé le voisinage afin d'entendre de potentiels témoins. La section de recherche s'est également déplacée, et une enquête est en cours. Le maire de cette commune de 400 habitants en attend beaucoup.

"J’espère une sanction pénale pour les auteurs", dans l'esprit de cet élu de l'Indre, une impression d'impunité flotte pour l'instant. Dans les rues de son village, les questions fusent et pour tout le monde "c'est l'incompréhension". Aucune opposition municipale, "une équipe qui fonctionne bien" et des associations en bonne entente : Alain Bossard s'est questionné, mais plusieurs jours après l'incendie il ne comprend toujours pas.

La veille, déjà, quelqu'un avait tenté de mettre feu au stock de bois. Le maire s'était alors rendu sur place, constatant des traces de combustion qui laissent penser à un acte volontaire.

Chantier retardé

Le bois qui est parti en fumée était destiné à la charpente du bâtiment qui accueillera l'atelier communal et la salle des associations du village. "Un endroit pour offrir un meilleur cadre de travail au personnel municipal" regrette Alain Bossard, qui voit le chantier prendre du retard. Ce qui devait être terminé à l'automne ne le sera finalement pas avant janvier 2024.

Incendies et incivilités en chaîne

Ce qui inquiète le plus Alain Bossard, c'est la multiplication des incendies et incivilités. Depuis plusieurs mois, des poubelles brûlent près de la salle des fêtes, des lampadaires sont dégradés, et une boîte à livre réduite en cendres.

Au-delà de l'incompréhension, c'est surtout la peur de citoyens énervés qui commence à grandir : "j'ai entendu quelqu'un souhaiter le retour de milices dans les communes". Si cela devait durer encore plusieurs mois, l'élu craint que certains ne tentent de se faire justice eux-mêmes.

En attendant, il reçoit les administrés dans son bureau, y compris le week-end. Depuis son élection en 2020 et la crise sanitaire, Alain Bossard n'a pu que constater l'importance de son rôle "nous sommes la première personne de proximité pour les gens". Des évènements qui mettent pourtant à rude épreuve sa motivation.