Indre : le festival du court métrage d’humour de Sainte-Sévère 2021 est dédié aux réalisatrices

Du 6 au 8 août, la programmation du festival Jours de fête du court métrage d’humour fait la part belle aux femmes, aux réalisatrices et aux actrices. Intitulée "Elles font leur cinéma", cette édition regorge une fois encore de petites pépites.
Le public présent à l'édition 2019 des Jours de fête du court métrage d'humour, dans l'Indre.
Le public présent à l'édition 2019 des Jours de fête du court métrage d'humour, dans l'Indre. © Association Tati en fête

Le festival du cout métrage d'humour est réparti sur deux sites : La Châtre pour le premier soir, et Sainte-Sévère, le village que Jacques Tati immortalisa dans Jour de fête. Ce film, sorti au lendemain de la guerre en 1949, faisait du lieu un décor de cinéma à ciel ouvert, que l’on retrouve d’ailleurs pratiquement intact.

Le thème de cette année, intitulé "Elles font leur cinéma", n’a pas été choisi sans raison. "On avait constaté qu’il y avait beaucoup de femmes qui s'engageaient dans la réalisation, explique Didier Aucante, le président de l’association Tati en fête. Historiquement, on parle beaucoup de réalisateurs hommes, mais en fait en regardant la programmation, notamment pour le jeune public, on voit que les femmes sont très présentes dans les courts métrages."

Un long métrage en ouverture

La soirée d’ouverture se déroulera à la Châtre au cinéma Lux avec la projection de Camille redouble, de et avec Noémie Lvovsky, que l'on voit d'ailleurs l'affiche de l'édition 2021.

Un long métrage que les organisateurs s’autorisent pour la soirée de lancement. Là aussi un choix mûrement réfléchi : "Noémie Lvovsky est bien connue dans le monde du cinéma. Elle est à la fois actrice, scénariste et réalisatrice. Ce film a connu un vrai succès et on trouve que la personnalité de cette professionnelle représente bien le courant actuel", détaille le président.

Le lendemain, retour à Sainte-Sévère pour une séance spéciale jeune public, à la salle Sophie Tatischeff, avec des courts métrages de réalisatrices contemporaines, à partir de16h30. Place ensuite aux moins jeunes à 21h30 sur la célèbre place du marché, avec une possibilité de repli en salle si le temps n’est pas de la partie.

Agnès Varda et Alice Guy-Blaché

Le dimanche, après une session de rattrapage matinal (à 10h) pour ceux qui n’auraient pu être là la veille, un ciné-concert se tiendra en plein air, avec en avant-première un hommage à deux célèbres réalisatrices : Alice Guy-Blaché, qui fut une sinon la première Française réalisatrice, et Agnès Varda, grande représentante du cinéma au féminin.

Si cette dernière est bien sûr connue du grand public, le nom d’Alice Guy-Blaché l’est moins. Normal, puisqu’elle est contemporaine des frères Lumière. Son film La Glu, qui sera projeté, date de 1906. "Il faut se replacer dans le contexte de l’époque. On filme beaucoup de choses du quotidien. On a l’exemple en tête de L'Arroseur arrosé [de Louis Lumière, NDLR]. Et bien là, le film qu’on présente est un peu dans cette veine-là. Malheureusement une grande partie des films de cette époque a disparu et c’est le cas pour cette réalisatrice", nous précise Didier Aucante.

La réalisatrice Alice Guy Blaché (1873-1968)
La réalisatrice Alice Guy Blaché (1873-1968) © DR

Aujourd’hui, de multiples hommages rendent justice à cette femme, dont la carrière s’est aussi beaucoup déroulée aux Etats-Unis. De nombreux ouvrages permettent par ailleurs de la redécouvrir.

Buster Keaton pour la fin

C’est l’ensemble Saxonium, créé en 2014 sous l’impulsion d’un groupe d’amis issus de la classe de saxophone du conservatoire d’Orléans, qui jouera sur Les Trois Âges, un film de Buster Keaton de 1923 pour clore cette édition 2021.

Le partenariat avec Papiers d’actu, le salon du dessin de presse et de la caricature organisé chaque année au Poinçonnet, près de Châteauroux, se traduit cette année par la présence durant tout le week-end de quatre dessinateurs de presse :

Ils crayonneront sur le thème de cette année, "Elles font leur cinéma", et sur l’œuvre de Jacques Tati. Une exposition de dessins sur le cinéma sera par ailleurs visible à la grange de la Maison Jour de Fête.

Les organisateurs ont décidé qu'il n’y aurait pas de réservations. Le pass sanitaire en revanche sera exigé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival événements sorties et loisirs cinéma culture