Indre : Ouverture d’un CAP poissonnerie en Brenne

Il y a deux ans, une formation qualifiante était mise en place en Brenne en plein cœur de France. Elle permet à des demandeurs d’emplois de trouver un travail dans la poissonnerie. Un secteur qui souffre du manque de salariés formés. Devant son succès un CAP va s’ouvrir.

Apprentissage du filetage pour les nouveaux poissonniers formés en Brenne.
Apprentissage du filetage pour les nouveaux poissonniers formés en Brenne. © France Télévisions

L’aventure continue. Depuis son lancement, cette formation fait son chemin. Imaginée sur mesure pour des besoins locaux, elle a très vite dépassé le cadre du département pour intéresser des professionnels en manque de personnel qualifié.

La troisième session prévue à l’automne, sera rejointe par la première d’un CAP ouvert à tous.

C’est grâce à la mobilisation d’un groupe de supermarchés, qui prévoit un recrutement massif de vendeurs en poissonnerie, que ce projet a pu aboutir rapidement : les magasins s’engageant à accueillir de jeunes apprentis. «  L’idée c’est de pouvoir étendre cette formation inter régionalement » détaille Bertrand Coly, chef de projet à la Fédération des Maisons Rurales de France, qui est l’organisme formateur qui dispense ces formations.

La Brenne, terre d’étangs et d’accueil pour le métier de poissonnier

L’idée c’est de pouvoir accompagner les apprentis comme on le fait pour les stagiaires.

Bertrand Coly Chef de projet

Autrement dit, il faut pouvoir assurer la mobilité et l’hébergement des apprentis, comme c’est déjà fait pour les stagiaires.

Pour recruter des étudiants, toute une démarche a été mise en place. « On a planifié avec Pôle  Emploi, les missions locales, mais aussi les magasins qui souhaitent se lancer dans la démarche, une période de recrutement pour trouver d’ici le démarrage de la formation, en Octobre, suffisamment de stagiaires et apprentis » nous confie Bertrand Coly.

L’enseignement pratique sera assuré dans les locaux de l’entreprise Fish Brenne comme c’était le cas les deux saisons passées. «  Même si les gens ne connaissent pas le poisson, c’est l’occasion de le découvrir avec un métier intéressant, il y a un vrai travail d’accompagnement de l’acte de vente, parler du produit, aussi bien chez les artisans poissonniers que dans les grandes surfaces » poursuit-il.

Les formateurs viendront du territoire brennou, mais aussi du bord de mer, comme le responsable principal, Julien Corvaisier, qui est finaliste des meilleurs ouvriers de France.

Un finaliste des meilleurs ouvriers de France, responsable pédagogique de la formation

Julien Corvaisier réside en Vendée où depuis quatre ans maintenant, il se consacre à la transmission de son métier, au sein de l’école de Maisons familiales rurales, après l’avoir exercé en grandes surfaces, puis en tant qu’artisan. C’est un passionné.

Il nous explique en quoi va consister la formation. «  Il y a des cours théoriques et pratiques. On apprend tout, tout ce qu’on doit savoir sur la vie des poissons, leur commercialisation, tout ce qui est hygiène des grandes surfaces et des poissonneries. Deux à trois fois par semaine on va chez Fish Brenne pour faire de la découpe de poissons, des recettes de cuisine ».

Les apprentis alterneront entre les cours et la pratique chez un employeur. Pour Julien Corvaisier il y a un vrai problème de connaissance, voire de reconnaissance de ce métier.

Les gens ont une mauvaise image du métier, par rapport à l’odeur, l’aspect du poisson, alors que c’est tout l’inverse : le poisson ça ne sent pas quand c’est frais.

Julien Corvaisier

Conséquence de ce désamour, les poissonneries travaillent la plupart du temps avec du personnel non formé, notamment dans la découpe. A tel point que certaines chaînes de grands magasins ont sauté le pas et se ravitaillent auprès des mareyeurs, spécialisés dans ce domaine, faute de trouver de vrais poissonniers.

Conséquence : les poissonniers formés n’ont aucun problème à trouver un emploi. « Cette année, j’ai formé 15 personnes et j’ai reçu 25 demandes  d’emplois, que je n’ai pu honorer, car les 15 étaient déjà recrutés par leurs patrons de stage ».

Autre avantage de cette formation : le choix qui s’offre ultérieurement aux apprentis d’exercer où bon leur semble. Car les employeurs cherchent partout de bons professionnels. Même originaire de la Brenne, on peut commencer sa carrière ailleurs en France, sans crainte de ne pas trouver de débouchés.

Julien Corvaisier cite un chiffre révélateur « on peut compter sur 600 offres d’emploi par mois en poissonnerie sur toute la France, ce qui s’explique par le fait que les offres se renouvellent très souvent. Car les personnes embauchées n’étant pas poissonniers, ne restent pas longtemps et repartent sur leur métier d’origine dès qu’elles en ont la possibilité ».

Le CAP est ouvert aux jeunes, mais aussi aux adultes. Les conditions d’enseignement sont adaptées à chaque cas. . Pour se renseigner, vous pouvez écrire à l’adresse suivante : bertrand.coly@mfr.asso.fr

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets