PORTRAIT. Rencontre avec un auteur de BD à l'humour corrosif

Publié le

La 39e édition du festival "BD Boum" débutera à Blois le 18 novembre, un week-end chargé en perspective avec des expositions, des concerts, des tables rondes et évidemment des dédicaces. Parmi la liste des 225 auteurs présents : Relom. Portrait de l'un de nos auteurs les plus sarcastiques.

Olivier Morel alias  Relom, que l’on ne croise plus assez souvent à Tours, va bientôt avoir 50 ans. Derrière cet artiste un brin timide se cache un gamin espiègle. "Enfant, je lisais le Journal de Mickey, ou encore Gaston Lagaffe", confie-t-il, " et un jour, à 12 ans, je suis tombé sur la 'Rubrique-à-brac ' de Gotlib, qu'avait mon père, et j’ai eu un flash. La même année, je me suis acheté Idées Noires de Franquin."

Relom quitte le lycée sans le Bac puis devient  animateur radio. À 24 ans, il décide de se lancer dans la BD humoristique pour adultes. Certains ont peut-être repéré sa signature dans le mensuel Psikopat, à la fin des années 90. 

Débuts chez Fluide Glacial

En 2000, Fluide Glacial contacte l’auteur, et c’est parti pour la série  déjantée “Andy et Gina”, des histoires de frangin(e)s que tout oppose. Sa recette : mettre un poil de poésie dans un univers sombre, celui du roman noir. "Je ne suis pas anar, car cela est trop dogmatique, mais je suis engagé", précise-t-il.

Son humour corrosif imprègne chaque page. À chaque fois, que ce soit avec  "Les contre-experts de Brooklyn", ou avec "Les fabuleuses aventures autobiographiques de John", dans le monde sans pitié de l’édition," on se tord de rire.

Entre 2015 et 2019, les éditions Delcourt publient Traquemage , réalisé avec le scénariste Wilfrid  Lupano, une " rurale-fantasy" fromagère. Après l’extermination de son troupeau, Pistolin, le héros, accompagné de son unique et fidèle Cornebique (une chèvre) décide de tuer tous les mages responsables de ce malheur. 

Des aventures remplies de gags en trois tomes, dans lesquels l'auteur croque les trolls et les gobelins avec brio.

Pendant le confinement, il délaisse ses crayons et passe au scénario. Il contacte Damien Geffroy, un dessinateur de Saumur, pour illustrer Les Veuves électriques.

Dans le premier tome, à l’humour grinçant, un incident survient dans la centrale nucléaire de Chissouane. Trois hommes décèdent. Leurs veuves, novices en militantisme, décident alors de les venger. Elles prennent le directeur en otage et partent en cavale.

Pour cet album,  Relom avoue s'être lancé sur un coup de nerfs.  "La façon dont les 'gilets jaunes' ont été traités en 2018 m’a choqué. Je me suis basé sur un constat réel, sur lequel j’ai brodé de façon fantaisiste. Du point de départ, que ce soit la sous-traitance dans le nucléaire ou la privatisation de l’eau (tome 2), on arrive aux mêmes conclusions. Mais, bien sûr, j'ai exagéré le truc à mort..." 

Dans le deuxième album, l’action se déroule dans le village de  Fontaine-aux-Sources, dont l’eau est détournée par une société privée. Un beau défi pour les Veuves électriques !

"Je me sens comme à la maison quand je suis à "BD Boum", raconte l'auteur. " C’est un moment d’amusement, même si ce n’est pas là qu’on vend des albums. Ça a beau être un grand festival, c’est facile d’y rencontrer les auteurs."

Relom planche maintenant sur son prochain album pour les éditions Delcourt, un roman graphique dénommé "On n’enterre pas les bêtes sauvages", avec la double casquette  scénariste-dessinateur. Il a également commencé une série pour Fluide Glacial.

L'affiche de la 39ème édition dessinée par la lauréate de Grand Boum 2021

Placardée aux murs dans les rues de Blois, de Tours, d’Orléans, vous avez peut-être vu l’affiche du festival BD Boum. Edith l’a dessinée comme la coutume l’exige, après avoir reçu le Grand Boum 2021.

L’auteure du Jardin de minuit (entre autres, puisqu’en plus de 32 ans, elle a signé plus d’une quarantaine d’albums) explique : "souvent en novembre, il peut faire frisquet et gris, alors la première idée qui m’est venue, ce fut le jaune."

J’avais envie de soleil, d’éclairer la ville de Blois. Ensuite, j’ai voulu représenter une femme qui dessine, en habit du 16ème siècle avec des salamandres et la ville au loin en arrière-plan

Edith, auteure de BD et dessinatrice

Outre son exposition à la maison de la BD, à la fin du week-end, Edith fera la passation aux lauréats du Grand Boum 2022. Sera-t-il décerné à un auteur de notre région : Serge Pellé, Xavier Betaucourt ou Relom ?

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité