Dans les coulisses des jardins de la ville de Blois

La Ville de Blois emploie 57 agents permanents aux espaces verts / © Marine Rondonnier-France 3 Centre Val de Loire
La Ville de Blois emploie 57 agents permanents aux espaces verts / © Marine Rondonnier-France 3 Centre Val de Loire

Blois est labellisée "Ville fleurie "depuis 1997 avec le niveau maximum de 4 fleurs. En août 2020, le jury du concours Villes et villages fleuris va inspecter les massifs de la ville. L'occasion de vous présenter les petites mains qui travaillent dans l'ombre à l'embellissement de la ville. 
 

Par Marine Rondonnier


Avec ses 15 000 m2 de fleurs et 14 300 arbres, Blois, capitale du Loir-et-Cher est une des villes les plus titrées de la région. Derrière l'embellissement et la végétalisation de la ville se cachent 57 agents permanents et 6 saisonniers qui travaillent au service des Parcs et Jardins de la Ville par tous les temps. 

Mi-octobre, c'était le rush des plantations d'automne pour le fleurissement du printemps. 
Laurent Tremblin prépare les plants pour les jardiniers qui assurent les plantations d'automne dans les massifs de la Ville. / © Marine Rondonnier-France 3 Centre Val de Loire
Laurent Tremblin prépare les plants pour les jardiniers qui assurent les plantations d'automne dans les massifs de la Ville. / © Marine Rondonnier-France 3 Centre Val de Loire

Dans ce premier épisode, nous vous proposons de faire connaissance avec la petite équipe des serres municipales surnommée les nounous des plantes.
 
Annie Deschamps est la première femme à avoir intégré le service des Parcs et Jardins il y a 37 ans. Elle est responsable de la production aux serres municipales. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
Annie Deschamps est la première femme à avoir intégré le service des Parcs et Jardins il y a 37 ans. Elle est responsable de la production aux serres municipales. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL

Laurent Tremblin, 22 ans aux Parcs et jardins de la Ville de Blois et Annie Deschamps, première femme du service bouturent, rempotent, multiplient les plants et prennent soin des végétaux l'hiver. 


Episode 1 : "Dans les serres municipales" signé Marine Rondonnier, Sanaa Hasnaoui et Gilles Engels : 
 


Dans le deuxième épisode sur les coulisses des jardins de Blois, nous vous proposons de faire connaissance avec les deux personnes à l'origine de la création des massifs : avec l'accord des élus municipaux, André Pouteau et Nathalie Bernard choisissent les thèmes de couleurs, les espèces de plantes et de fleurs et imaginent les massifs de la ville 9 mois avant les plantations.
 
André Pouteau et Nathalie Bernard, à la tête du service des Parcs et jardins de la Ville de Blois, créent les massifs ensemble. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
André Pouteau et Nathalie Bernard, à la tête du service des Parcs et jardins de la Ville de Blois, créent les massifs ensemble. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL

Après avoir fai le tour des massifs à la fin de l'été pour évaluer ce qui avait bien marché ou ce qu'il fallait rectifier, le jardinier en chef et la directrice du service des parcs et Jardins travaillent ensemble au bureau. Un travail d'équipe méconnu que vous proposent de découvrir Marine Rondonnier, Sanaa Hasnaoui et Gilles Engels. 

Episode 2 : les créateurs des massifs : 
 


 Dans le troisième épisode des coulisses des jardins de Blois, nous vous proposons de rencontrer les hommes et les femmes qui prennent soin des parcs et massifs de la ville. Le service compte 57 agents à plein temps et 6 saisonniers. 
Le médaillon de l'escalier Denis Papin : les jardiniers doivent planter depuis un pont en pente pour ne pas tasser la terre. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
Le médaillon de l'escalier Denis Papin : les jardiniers doivent planter depuis un pont en pente pour ne pas tasser la terre. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL


Mi-octobre, les équipes de jardiniers étaient en plein dans les plantations d'automne pour le fleurissement de printemps. 30 massifs à réaliser en deux semaines. 35 variétés de plantes et de fleurs. 6000 plantes et 2200 bulbes pour la place du château.
Le médaillon de l'escalier Denis Papin : l'étape la plus acrobatique pour les jardiniers. / © Marine Rondonnier-CVDL
Le médaillon de l'escalier Denis Papin : l'étape la plus acrobatique pour les jardiniers. / © Marine Rondonnier-CVDL

1500 plantes et 700 bulbes, pour le médaillon de l'escalier Denis papin. Les quantités donnent le vertige et les modes de plantation aussi. 

Episode 3  réalisé par Marine Rondonnier, Sanaa Hasnaoui et Gilles Engels : 
 

Dans le quatrième et dernier épisode, nous abordons la question environnementale de l'entretien des parcs et jardins de la ville de Blois

La Ville de Blois consacre 2 494 730 € au service "parcs et jardins" soit 3.6 % du budget global de la Ville. L’engagement de l’équipe municipale de Blois en faveur de la biodiversité a commencé dès 2008, avec la volonté de supprimer l’utilisation des pesticides pour l’entretien des espaces publics. Après l’acquisition de machines et l’expérimentation de différentes techniques, les rues de la ville sont désherbées trois fois par an par les personnes en insertion et par les agents de la direction de la Propreté urbaine.
Le désherbage des parcs et jardins sont faits manuellement par les agents : depuis 10 ans, les désherbants chimiques sont bannis des espaces publics de Blois. / © Marine Rondonnier-France 3CVDL
Le désherbage des parcs et jardins sont faits manuellement par les agents : depuis 10 ans, les désherbants chimiques sont bannis des espaces publics de Blois. / © Marine Rondonnier-France 3CVDL

Et pour limiter la pousse des « mauvaises herbes », certains espaces ont été engazonnés. D’autres sont fleuris et la réfection des trottoirs permet également de réduire les temps de désherbage.

Pour ses plantations, la Ville va diversifier sa palette végétale et planter des espèces moins gourmandes en eau comme les plantes vivaces, les rosiers ou encore le Sedum, les Iris et les Oreilles d'Ours (Stachys byzantina ). 
La Roseraie des Jardins de l'Évêché: lieu d'expérimentation de la lutte biologique intégrée à Blois. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL
La Roseraie des Jardins de l'Évêché: lieu d'expérimentation de la lutte biologique intégrée à Blois. / © Marine Rondonnier-France 3 CVDL

Par ailleurs, la Ville a mis en place un plan de lutte biologique intégrée avec par exemple des nichoirs pour les chauve-souris et les mésanges qui raffolent des insectes ravageurs, des pièges à phéromones pour contrer la Mineuse du Marronnier ou encore des éco-pièges pour les chenilles processionnaires. 

Episode 4 : Des jardins zéro-pesticide, des plantes moins gourmandes en eau et une lutte biologique intégrée  : 
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus