• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Emploi : les intentions d'embauche augmentent de 25% dans le Loir et Cher

L'industrie a du mal à recruter dans le Loir et Cher - entreprise Mic Tolerie à Montrichard / © Marine Rondonnier-F3CVDL
L'industrie a du mal à recruter dans le Loir et Cher - entreprise Mic Tolerie à Montrichard / © Marine Rondonnier-F3CVDL

C'est du jamais vu dans le Loir-et-Cher. Les intentions d'embauche ont augmenté de 25% en 2018. La plus forte augmentation de la région Centre. Les métiers qui recrutent sont les services à la personne, l'hôtellerie, le tourisme, l'agriculture et l'industrie. 

Par Marine Rondonnier

On a tout essayé pour recruter : Job 41, les agences d'interim, Pôle emploi. Mais rien n' y fait. On ne trouve pas les cinq personnes qui nous manquent depuis un an. 

Bastien Porcher est désemparé. Son entreprise Mic-Tolerie à Monrichard cherche à recruter deux personnes à la découpe, deux personnes pour le pliage et une personne pour travailler sur le robot de soudure. Mais très peu de candidats se sont présentés. " L'industrie souffre d'une mauvaise image. Pourtant, ce n'est plus comme avant. C'est propre, ça sent bon, on ne porte plus de charges lourdes. Et en plus on forme en interne."

Le manque de main d'oeuvre freine le développement de l'entreprise

Cette entreprise familiale de 27 salariés fabrique des pièces en tôle pour des éclairages de luxe, pour les avions de la Défense, pour les pancartes de signalisation ou encore pour des linéaires des grands magasins. Très connue dans le milieu, elle pourrait doubler son chiffre d'affaires en deux ans si elle arrivait à recruter. Mais c'est difficile. " On ne peut pas se développer, répondre à toutes les commandes. C'est vraiment compliqué". 
Beaucoup de salariés de cette entreprise ont été formés en interne.

Jean-François Mascret était électricien avant d'apprendre à utiliser une presse-plieuse à commande numérique. / © Marine Rondonnier-F3CVDL
Jean-François Mascret était électricien avant d'apprendre à utiliser une presse-plieuse à commande numérique. / © Marine Rondonnier-F3CVDL


Jean-François Mascret était électricien avant d'être embauché chez Mic-Tolerie. "Je n'étais pas du tout dans ce secteur. J'ai appris sur le tas. Tout est possible tant qu'on a envie et qu'on est rigoureux". Aujourd'hui, il est plieur et travaille sur des machines à commandes numériques. " Il y a des personnes qui étaient dans l'agro-alimentaire avant d'arriver ici. Ils ont été formés chez les fabricants de nos machines et aujourd'hui certains sont responsables d'un îlot", ajoute Bastien Porcher, du service commercial de Mic-Tolerie. 
Le dirigeant a même réalisé des clips postés sur You tube pour recruter. 
 

Recruter selon les savoir-faire et le savoir-être

L'industrie a du mal à recruter dans le Loir et Cher. Même problème pour l'hôtellerie, les métiers d'ouvriers agricoles et de services à la personne. " On doit changer les façons de recruter", explique Xavier Tual, Directeur territorial de Pôle Emploi. " Il faut passer d'une approche par métier avec lettre de motivation et CV à une méthode par compétences avec des exercices de simulation."  

Il y a une hausse significative des intentions d'embauche dans le Loir et Cher ( source BMO 2018) : +25 % en 2018 alors que la région Centre note une augmentation de 17%. " Recruter autrement cela veut dire qu'il va falloir faire un travail de fond auprès des demandeurs d'emploi et des employeurs. La méthode de simulation permet de recruter selon les savoir-faire et le savoir-être et non plus par le CV, "ajoute Valérie Lecomte, directrice de l'agence Pôle emploi "Blois La Place".  

Interview de Valérie Lecomte sur les nouvelles méthodes de recrutement  :
Valérie Lecomte, directrice de l'agence Pôle emploi Blois La Place
Réalisée par Marine Rondonnier et Sanaa Hasnaoui
Reportage de Marine Rondonnier et Sanaa Hasnaoui :
Les intervenants :
- Jean-François Mascret, technicien-plieur chez "Mic-Tolerie" à Montrichard
- Bastien Porcher, service commercial de "Mic Tolerie"
- Xavier Tual, directeur territorial de pôle Emploi 41






 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus