Mondial de l'ULM à l'aérodome Blois-Le Breuil : " La richesse de l'ULM c'est sa diversité"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marine Rondonnier .

Jusqu'à dimanche, l'aérodrome du Breuil accueille le Mondial de l'ULM. Blois était déjà le point de ralliement des amateurs de planeurs ultra-légers motorisés depuis 40 ans. Cette année le salon est devenu un Mondial. Les explications de Sébastien Perrot, président de la Fédération française d'ULM.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Nous avons un parc de 16.400 machines, 1.200 terrains et bases et 16.000 licenciés en France.

Sébastien Perrot, président de la Fédération française d'ULM

Sébastien Perrot, le président de la Fédération française d'ULM ne rêve que d'une chose. Que le rendez-vous de Blois-Le Breuil devienne incontournable pour les amateurs d'ULM mais aussi pour le grand public.

"Même si un salon de l'ULM existait ici depuis 40 ans, nous avons voulu le transformer en Mondial afin de toucher plus de monde. L'ULM souffre encore de nombreux préjugés. Alors que la richesse de l'ULM c'est sa diversité"

Les ULM, ultra-légers moteurs sont des appareils bi-place de moins de 500 kg limités en puissance à 100 chevaux qui volent de jour. Plusieurs types d'aéronefs répondent à ces conditions :

  • l'ULM pendulaire avec une aile Delta et un moteur. 
  • Le para moteur avec une voile de parapente et un moteur léger intégré à une cage de protection portée sur le dos du pilote

  • L'autogire : aérodyne qui ressemble à un hélicoptère

  • Le trois axes : monoplan à ailes basses biplace ultraléger

  • Petits hélicoptères et ballons

Créer un centre sportif fédéral de l'ULM à Blois

600 machines venues en vol pour être exposées, des activités, des meetings aériens.

Pendant trois jours, le Breuil se transforme en capitale de l'ULM. Mais Sébastien Perrot veut aller plus loin. Il souhaite que ce salon devenu un Mondial soit davantage tournée vers le grand public tout en restant exigeant et intéressant pour les professionnels.

" Nous ferons un debriefing à la fin pour voir si on a touché davantage le grand public que d'habitude mais ce qui est certain c'est qu'on veut pérenniser ce caractère mondial innovant de l'ULM sur 10 ans avec le Département du Loir-et-Cher", explique-t-il. "A terme, l'objectif est de créer un centre sportif fédéral où on pourrait faire de la formation, de la mécanique mais aussi montrer les différentes pratiques". 

La France est avec l'Allemagne, le pays qui compte le plus de licenciés. En Europe, il n'existe d'ailleurs que deux rassemblements de ce genre : en Allemagne et en France à Blois. 

"La France compte 1200 instructeurs, 800 terrains, 16 000 licenciés. Mais il faut qu'il y ait un endroit où l'on puisse avoir un centre de référence et l'aérodrome de Blois-Le Breuil est historiquement et géographiquement le lieu le plus adapté". 

L'ULM accessible dès 15 ans

Avec ce mondial, la Fédération française veut prouver que l'ULM est accessible. "C'est un peu comme la moto. On a le même type de public. Un jeune peut piloter à partir de 15 ans et les premières machines coûtent 4000 euros. Nous avons de nombreuses bourses et aides pour le financement", explique Sébastien Perrot.

La Fédération des moins de 25 ans compte 1 200 jeunes. "Il faut passer un brevet avec un examen théorique dans une des structures de Fédération française d'ULM. Ensuite en fonction de la classe d'ULM que vous avez, c'est un instructeur de la classe qui valide votre pratique."

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité