Départementales 2021 : le Rassemblement national présente des candidats dans les 15 cantons du Loir-et-Cher

Quelques jours avant le dépôt des candidatures pour les élections départementales de juin 2021, le Rassemblement national dévoile les noms de ses 30 candidats dans tous les cantons du Loir-et-Cher. En 2015, le Front national avait obtenu 27 % des voix mais aucun siège à l'assemblée départementale. 

Réunion de préparation des élections départementales à Vendôme des candidats du Rassemblement national : Jacques Bourlier (Vendôme), Eric Hellio (Le Perche), Adeline Izard (Montoire), Patricia Bigot (remplaçante Le Perche), Michel Chassier (Montrichard).
Réunion de préparation des élections départementales à Vendôme des candidats du Rassemblement national : Jacques Bourlier (Vendôme), Eric Hellio (Le Perche), Adeline Izard (Montoire), Patricia Bigot (remplaçante Le Perche), Michel Chassier (Montrichard). © Rassemblement national -DR

Vu le mode de scrutin, le Rassemblement national avoue que cette élection est une des plus difficiles. "En 2015, nous avions obtenu 27 % des voix et pas un seul siège à l'assemblée départementale", déplore Michel Chassier, candidat RN dans le canton de Montrichard et président du groupe RN au Conseil régional. 

"C'est une élection qui est plus difficile, car c'est une élection de notables. Mais nous pouvons cette fois espérer entrer au Conseil départemental". 

Michel Chassier, candidat Rassemblement national dans le canton de Montrichard

A plus de 70 ans, Michel Chassier se lance dans la course aux départementales dans le canton de Montrichard. Il s'y présente avec Christine Grand. "J'habite désormais dans le canton de Montrichard à Saint-Georges-sur-Cher. J'y vis à plein temps avec mon épouse depuis que je suis à la retraite". 

Une nouvelle adresse qui tombe bien pour se lancer dans cette bataille départementale. Ses adversaires sont de taille puisque le binôme RN aura face à lui les deux conseillers départementaux sortants de la majorité départementale : le sénateur Jean-Marie Janssens et Elisabeth Pennequin. 

Les autres adversaires connus du binôme du Rassemblement national sont deux élus locaux sans étiquette mais proches de la majorité départementale de centre-droit : Elodie Péan et Jacques Paoletti. 

A gauche, les autres candidats dans le canton de Montrichard appartiennent au rassemblement des gauches et des écologistes "Loir-et-Cher en commun" : Estelle Tronson, professeur des écoles et François Chancelier, ingénieur territorial. 

"Je suis assez serein pour le canton de Montrichard. Jean-Marie Janssens a une double casquette de conseiller départemental et de sénateur. Ce qui peut inquiéter les électeurs. Quant aux autres candidats, ils se disent sans étiquette politique mais en fait ils se soutiennent tous. La multiplication de candidats de droite dans ce canton peut nous être favorable."

Et il ajoute : "On peut avoir une chance si on a des duels face à la gauche au second tour". 

►En 2015, les candidats Front national (Caroline Debruyne et Gérard Lajoie) avaient obtenu 19,28% des voix au premier tour alors que les deux autres binômes de droite qui se présentaient ont eux obtenu chacun environ 36 % des voix au premier tour. 

"Cette année on aura plus de duels que de triangulaires. Ce qui nous est plus favorable. Tout dépend de l'abstention qui elle nous pénalise", annonce Michel Chassier. 

"On n'est pas un syndicat d'élus"

Il n'a pas été simple pour le Rassemblement national de trouver 30 candidats et 30 remplaçants dans le Loir-et-Cher : " On a puisé dans nos adhérents et nos sympathisants. Mais ils sont tous engagés dans l'action de terrain. Contrairement aux autres, nous ne sommes pas un syndicat d'élus". Message adressé à l'Union de la Droite et du Centre (UPLC)  qui se targue de présenter de nombreux élus locaux à ces élections départementales. 

Parmi les candidats du Rassemblement national, beaucoup sont des novices en politique. Mais un peu plus de la moitié sont encartés. "Nos candidats sont représentatifs de la population du Loir-et-Cher. Ils ont entre 20 et plus de 70 ans. On a de tout chez nous. De la femme de ménage à l'ingénieur," constate Michel Chassier. 

Dans le canton de Blois 1, ce sont deux nouveaux dans la politique départementale : Lionel Segaud et Marine Bardet. 

Marine Bardet est agent immobilier. Le Rassemblement national est une évidence pour elle : " Depuis que je suis en âge de voter je vote pour eux. J'ai toujours adhéré à leurs idées. Notamment la lutte contre les incivilités et les questions de sécurité. Maintenant que j'ose le dire, je veux participer à ma façon".

C'est donc naturellement qu'elle a accepté d'être candidate pour participer plus activement à la vie du département : "Je suis revenue de Paris en 2013 et j'ai maintenant envie de pouvoir donner mon avis et d'écouter les autres aussi." Pour cette native de Blois, la priorité est la répartition du budget : " Je ne comprends pas que dans un département comme le nôtre, le budget alloué au tourisme et aux collèges soit si bas alors que tout ce qui concerne le social est énorme."  

Sentiment partagé par son binôme Lionel Ségaud. Pour cet ingénieur en environnement de 43 ans, "il faudrait réajuster les choses. 60 % pour le social et seulement 1% pour le tourisme,c' ce n'est pas normal". Il ajoute qu'il serait nécessaire d "insister sur la sécurité dans les collèges et défendre les projets routiers comme la deuxième sortie de l'A10". 

Lionel Ségaud était déjà candidat aux deux dernières élections municipales de Blois sur la liste de Michel Chassier en 2014 puis de Mathilde Paris en 2020. 

La solidarité est la première compétence du Conseil départemental avec 60 % du budget alloué aux familles, à la protection de l'enfance, à l'insertion, aux personnes âgées et au handicap. 60 % du budget, c'est la moyenne de ce que consacrent tous les départements français à l'action sociale. 

Un programme centré sur le contrôle des aides sociales

Pour le Rassemblement national, la priorité, si le parti fait entrer des élus à l'assemblée départementale sera le contrôle des aides sociales. "60% des dépenses du département sont consacrées aux aides sociales. Même si le Département est simplement chargé d'instruire les dossiers et de distribuer les aides, nous serons très vigilants", avertit Michel Chassier.

Il précise : " Nous nous opposerons à l'arrivée permanente d'immigrés illégaux déversés depuis la région parisienne. J'ai demandé les chiffres que j'attends toujours. C'est bien qu'il y a un tabou sur ce sujet". 

Pendant les deux prochaines semaines, Michel Chassier va aller expliquer aux candidats du RN le fonctionnement de l'assemblée départementale et le rôle précis des conseillers départementaux. Ce jeudi après-midi, il était à Vendôme avec les candidats de Vendôme, du Perche et de Montoire. 

La liste des 30 candidats du Rassemblement national et leurs suppléants : 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections rassemblement national