Départementales 2021 : pour la première fois dans le Loir-et-Cher, les partis de gauche et les écologistes s'unissent

Les partis de gauche et les écologistes unissent leurs forces et forment "Loir et Cher en commun" pour les élections départementales du 13 et 20 juin 2021. Une gauche pas complètement unie puisque les élus du groupe d'opposition actuel "Loir-et-Cher autrement" partent seuls de leurs côtés. 

Les candidats de gauche et écologistes réunis pour les élections départementales de juin 2021
Les candidats de gauche et écologistes réunis pour les élections départementales de juin 2021 © Fédération PS 41

Cela fait un an qu'ils travaillent sur cette alliance. Socialistes, écologistes d'EELV, Génération(s), La France Insoumise, PCF et un quart de personnalités non encartées ont trouvé un accord pour se lancer ensemble. Leur objectif : prendre la tête du Département du Loir-et-Cher dont la majorité est à droite depuis 1982. 

Nous pouvons changer le curseur politique de notre département pour que l'humain et l'écologie soient au coeur de la politique du Département.

Jérémie Demaline, PCF 41

Pourquoi partir ensemble aux élections départementales et pas aux régionales ? 

François Thiollet s'attendait à cette question. Le conseiller municipal EELV de Valencisse explique : " Si nous partons ensemble au premier tour des Départementales et pas des Régionales, c'est à cause du mode de scrutin. Aux Départementales, il s'agit d'un scrutin uninominal majoritaire à deux tours divisé en cantons. Alors que pour les Régionales, il s'agit d'un scrutin de liste proportionnel. Les alliances peuvent se faire entre les deux tours. Pas aux Départementales. Nous avons donc négocié avant  l'élection plutôt qu'entre les deux tours. "

►Aux élections départementales, pour passer le premier tour, il faut au moins la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50 %), et un nombre de suffrages égal à au moins 25 % des électeurs inscrits. Ce mode de scrutin élimine les petits candidats très rapidement. Ce qui n'est pas le cas aux Régionales. Pour les élections régionales, le mode de scrutin est un scrutin de liste proportionnel avec prime majoritaire à deux tours.

Un projet commun autour de 5 axes 

Ensemble, ils se sont mis d'accord sur un projet commun avec pour valeurs communes : la solidarité, l'aménagement durable et la lutte contre les inégalités. 

Hanan El Adraoui est novice en politique. Elle est candidate dans le canton  Blois 1 avec Benjamin Vételé :

"Les habitants du département doivent se rendre compte que la politique du Conseil départemental a un réel impact sur notre territoire et qu'il existe une réelle solidarité. " 

  1. Les solidarités : expérimenter un revenu minimu pour les 18-25 ans

Denys Robiliard, avocat, ancien député et candidat à Blois 2 décrit les projets de l'alliance de gauche au sujet des solidarités, une des principales compétences du Département :

" Le Département consacre 40 % de son budget au RSA ( Revenu de solidaité active). Nous devons aller plus loin pour les 18-25 ans. Nous avons bien vu avec cette crise qui les frappe de plein fouet à quel point il est nécessaire d'agir." 

Son binôme, Hanan El Adraoui, poursuit: "Notre rôle au Département sera de lutter contre la précarité des jeunes et l'isolement. Pour cela, nous envisageons d'expérimenter le revenu minimu pour les moins de 25 ans et encourager le croisement des différents publics notamment les jeunes et les personnes âgées. La solidarité est la mission première du Département."

Le Département consacre actuellement 60 % de son budget aux solidarités : personnes âgées, enfance famille, insertion sociale, handicap. 

     2. Les collèges : plus de mixité sociale et une alimentation basée sur des produits bio et en circuits courts

Le Département a la charge des collèges publics. Il assure la construction, la reconstruction, l'extension, les grosses réparations, l'équipement et le fonctionnement.

Cléo Marchand, (PS), étudiante et candidate dans le canton de Chambord : " Nous devons améliorer la mixité dans les collèges mais aussi améliorer l'alimentation des collégiens avec des produits locaux et de qualité. L'idée est d'allier solidarité et écologie au sein des collèges. "

Le Département consacre actuellement 5% de son budget aux collèges. 

       3. Aménagement du territoire : finis les projets pharaoniques

" Nous continuerons à entretenir les routes comme aujourd'hui mais est-il bien nécessaire de créer une déviation de quatre voies à Cellettes pour 23 millions d'euros? ", interroge Estelle Tronson, professeur des écoles, candidate e à Montrichard.

" Il faut consacrer une partie de ce budget au développement des mobilités douces : pistes cyclables, aide au covoiturage. Nous ne voulons plus gaspiller l'argent du Département en projets pharaoniques démesurés, en sortie d'autoroute inutiles et en rond-points. L'avenir n'est pas au tout-voiture".

Les candidats veulent intégrer l'éco-conception à tous les appels d'offre en matière d'infrastructure routière. Ils s'engagent sur " zéro artificialisation des sols sur les zones agricoles et naturelles" pendant leur mandat. 

►Actuellement, 14 % du budget du département est consacré aux routes et à leur entretien, 4 % à l'aménagement du territoire. 

      4. Vie associative et culturelle : 

Les candidats de cet union de la gauche et des écologistes souhaitent augmenter ce budget notamment en développant les passerelles entre l'école et les artistes.

" La culture est le terreau de la citoyenneté, il faut la développer de façon plus importante", annonce David Fricker, (France insoumise), comédien et professeur d'Aikido, candidat dans le canton de Blois 3. 

►​​​​​​​Le Département consacre 2 % de son budget au sport, à la culture et à l'animation du territoire.

5. Faire vivre la démocratie participative : 

Après une année marquée par de nombreuses tensions au Conseil départemental du Loir-et-Cher, ces candidats souhaitent rétablir le contact avec les citoyens.

" Le Département du Loir-et-Cher est confronté à un problème de gouvernance. On est au bout d'un cycle politique", constate Benjamin Vételé, conseiller départemental sortant, ancien membre du groupe d'opposition "Loir-et-Cher autrement".

"Nous devons passer de la phase des 3M : Manipulation, Mensonge et Machisme à l'ETE : Ethique, Transparence, Egalité. "

En parallèle, le groupe mise sur l'animation de la démocratie dans les territoires : " Il faut mieux informer ls citoyens. Il faut rapprocher le Conseil départemental des gens en les sollicitant sur des sujets qui les concernent", explique Isabelle Nouari, psychologue et candidate dans le canton de Blois 2. "L'objectif est de créer une convention citoyenne des solidarités."

Qui sont les candidats de "Loir-et-Cher en commun" ? 

►Parmi les candidats du rassemblement " Loir-et-Cher en commun", on trouve des hommes et des femmes engagés dans les instances politiques du Loir-et-Cher :

Parmi les 30 candidats de "Loir-et-Cher en commun", 1/4 ne sont pas encartés :  "Ils sont là pour construire un projet et exprimer leurs convictions", annonce Sylvaine Ravion, EELV, candidate à Blois 3. 

Voici les 15 binômes : 

Le groupe d'opposition de l'Assemblée départementale"Loir-et-Cher autrement" part seul de son côté

L'union des gauches n'est pas total avant ce premier tour des élections départementales.

C'était assez prévisible depuis le divorce entre Geneviève Baraban, présidente du groupe d'opposition de l'Assemblée départementale "Loir-et-Cher autrement" et le Parti socialiste en avril 2020.

Les instances locales du PS reprochaient à Geneviève Baraban et Michel Fromet, deux derniers élus encartés PS du groupe « Loir-et-Cher autrement » de valider la politique de Nicolas Perruchot et de sa majorité.

Frédéric Orain, Premier secrétaire du PS 41, aujourd'hui soutien de l'union des gauches "Loir-et-Cher en commun" avait annoncé vouloir l'exclusion du PS de ces deux élus. 

"C’est dommage de partir séparément J’ai tout tenté jusqu’au bout pour qu’on puisse partir unis. Il n’y a plus un seul élu du Parti socialiste au Conseil départemental,"  Geneviève Baraban.

Aujourd'hui, les 7 élus sortant du groupe d'opposition "Loir-et-Cher autrement" se lancent de leur côté. 

Dans 4 cantons, Blois 1, Blois 3, Vineuil et Chambord, les électeurs auront donc des candidats du groupe « Loir et Cher autrement » actuel groupe d’opposition au Conseil départemental et des candidats du groupe « Loir-et Cher en commun », tous avançant des sensibilités de gauche et écologistes.

C’est nous qui avons les cartes en mains et les dossiers. Nous avons une autre façon de travailler", explique la présidente du groupe d’opposition.

Elle poursuit : " Depuis le premier jour en avril 2015 et le PS était derrière nous à ce moment-là, nous nous étions engagés à mettre un terme aux querelles intestines entre la droite et la gauche. Nous voulions travailler ensemble avec nos valeurs sociales et écologiques. Le  dialogue a été notre arme. Quand on n’est pas dans la confrontation, on peut travailler directement avec les services et faire votre nos projets dans le budget."

Geneviève Bararaban reste droite dans ses bottes, fière de ce qu’elle a accompli avec son groupe pendant ce mandat :

"Notre plus grande réussite et le plan de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme. Nous avons un budget de 150 000 euros et le personnel qui va avec. En plus nous avons réintégré la Politique de la Ville  alors que la Ville et le Département étaient fâchés. Cela aurait été inimaginable dans les mandats précédents."

Lassée des querelles internes, elle conclut : "J’aimerais que le virus du travailler ensemble progresse. Il faut conjuguer nos intelligences pour avancer. Les électeurs auront donc le choix entre deux méthodes : la confrontation ou le dialogue."

►Voici les 7 élus sortants du groupe " Loir-et-Cher autrement" qui se représentent : 

Les noms du binôme de Géneviève Baraban et des suppléants seront dévoilés le 10 mai 2021 à l'occasion de la clôture officielle des candidatures. 

 

 

 

​​​​​​​

​​​​​​​

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales politique élections