Départementales 2021 : unis, la droite et le centre du Loir-et-Cher dévoilent leurs candidats

La droite et le centre partent unis dans le Loir-et-Cher pour les élections départementales des 20 et 27 juin 2021. Parmi les candidats, beaucoup sont des élus locaux. L'Union pour le Loir-et-Cher mise sur l'expérience de terrain pour conserver la majorité à l'assemblée départementale. 

Les 14 binômes de candidats de la droite et du centre de l'UPLC, l'Union pour le Loir-et-Cher, pour les élections départementales de juin 2021
Les 14 binômes de candidats de la droite et du centre de l'UPLC, l'Union pour le Loir-et-Cher, pour les élections départementales de juin 2021 © UPLC-DR

Nous avons travaillé pendant deux mois pour réussir à trouver un collectif. Nous avons réuni toutes les sensibilités de la droite et du centre du Loir-et-Cher

Guillaume Peltier, candidat (LR) aux élections départementales dans le canton de Chambord

Le collectif dont parle Gillaume Peltier réunit des candidats issus de Les Républicains, des Centristes, de l'UDI, du mouvement de la ruralité, des Indépendants et divers droites ainsi que de CPNT (Chasse pêche nature et tradition). 

Au total ce sont 14 binômes* et leurs remplaçants qui ont été dévoilés à la presse en visioconférence.

Une majorité d'élus locaux parmi les candidats aux élections départementales

"Nous sommes unis comme jamais", tient à rappeler Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher Les Républicains et candidat dans le canton de Chambord pour ces élections départementales, alors que les gauches et les écologistes réunis dans "Loir-et-Cher en commun" ont présenté leurs candidats dans 15 cantons le 7 avril 2021. 

 " Nous avons une identité politique très claire : 100 % rurale et locale", poursuit-il. " La ruralité est notre colonne vertébrale. Ce que nous voulons, c'est faire face à la technocratie parisienne" explique le député LR, membre du comité polique de l'Union pour le Loir-et-Cher. 

Dans la liste des candidats et de leurs remplaçants, nombreux sont des maires ou élus municipaux.

On compte notamment onze maires parmi les candidats et quatorze parmi les remplaçants. " Pour contrecarrer les décisions prises au niveau national et qui ne sont pas toujours censées, nous misons sur l'enracinement et la proximité de nos élus locaux. Ce sont eux qui trouvent des solutions quand l'Etat est défaillant. Nous le voyons bien pendant cette crise sanitaire", justifie Guillaume Peltier. 

Yves Lecuir succède à Nicolas Perruchot dans le canton rural d'Onzain

Sur les 28 candidats, douze sont des élus sortants de l'UPLC, Union pour le Loir-et-Cher, et seize sont des "nouveaux".

Parmi les "nouveaux", on peut remarquer la candidature d'Yves Lecuir, maire délégué d'Onzain, qui succède à Nicolas Perruchot dans le canton d'Onzain aux côtés de Catherine Lhéritier. Il est actuellement le remplaçant de Nicolas Perruchot, Président du Conseil départemental qui ne se représente pas. 

" Je ne suis pas tout à fait nouveau. Etre le remplaçant de Nicolas Perruchot, c'est avoir une communauté de vue dans la manière d'exercer la fonction. J'aborde ce mandat de conseiller départemental comme celui de maire. "

Yves Lecuir est le maire délégué d'Onzain depuis juin dernier. Avant, il était premier adjoint. Onzain est la plus grande commune de ce canton rural avec 3 500 habitants. " Le fait que de nombreux candidats soient maires ou élus locaux est une force. Les maires sont les élus les plus proches de la population. Ils connaissent la différence entre une idée et la réalisation de cette idée. " 

Aux côtés d'Yves Lecuir, Catherine Lhéritier, conseillère départementale sortante d'Onzainest enchantée de se lancer dans cette nouvelle campagne.

"Nous avons conduit des opérations passionnantes et une politique ambitieuse. Notamment le fait de 'fibrer' tout le département d'ici 2023 et de rénover tous les collèges. Je trouve notre bilan excellent et nous avons tous envie de continuer", s'enthousiasme la vice-présidente du Conseil départemental et présidente de l'association des maires du Loir-et-Cher. 

Elle tient à ajouter : "Jusqu'ici nous nous sommes attachés à la sécurité des routes. Maintenant nous allons développer les voies douces. " 

Les voies douces sont au coeur du programme des candidats de "Loir-et-Cher en commun", union des gauches et des écologistes pour ces élections départementales dans le Loir-et-Cher. 

 

"Nous avons voulu créer une alchimie entre l'expérience et le renouveau."

Guillaume Peltier, candidat LR dans le canton de Chambord

Dans les cantons tenus par la gauche, la droite et le centre misent sur de nouveaux visages

Dans les cantons de Blois 1, Vineuil et Chambord où sont élus des conseillers départementaux de gauche du groupe "Loir-et-Cher autrement", l'UPLC mise sur des candidats sans expérience départementale. 

C'est ainsi que Keltoum Benyagoub et Alexis Toureau seront les candidats pour le canton de Blois 1 dont la conseillère départementale sortante est la chef de file de l'opposition Geneviève Baraban.

"Alexis et Keltoum sont très impliqués dans le canton sur le plan social. Avec ces candidats, nous avons fait le choix du terrain. Exactement comme avec Joël Rutard dans le canton de Vineuil. Il est le tout nouveau maire de Cellettes", explique Guillaume Peltier. 

Et pour le canton de Chambord, le plus grand canton du Loir-et-Cher qui compte 25 000 habitants ?

Dans le canton de Chambord, ce sera Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher et Virginie Verneret, maire-adjointe de Tour-en-Sologne. Ils auront face à eux, le binôme de conseillers départementaux sortants du groupe "Loir-et-Cher autrement " Gilles Clément et Patricia Hannon. 

"J'ai répondu à l'appel des maires du canton qui m'ont demandé d'être candidat dans le plus gros canton du département. Je vais apporter mon énergie et mon caractère ainsi que ce que je sais faire : ouvrir les bonnes portes", s'engage Guillaume Peltier. 

Quant à la présidence du conseil départemental ? " Il y a beaucoup de talents dans cette équipe. Il y en a quelques uns qui pourraient y prétendre. Moi je suis député. J'entends le rester et aider la future majorité à mener à bien sa politique départementale", annonce le président de la fédération Les Républicains du Loir-et-Cher et vice-président LR au niveau national. 

Le canton de Blois 2 laissé aux candidats sortants Modem

Si l'UPLC, l'Union pour le Loir-et-Cher, n'a pas annoncé de candidats pour le canton de Blois 2, c'est qu'il laisse la place aux deux conseillers départementaux sortants Modem, Stéphane Baudu et Marie-Hélène Millet. 

Ils affronteront notamment l'ancien député Denys Robiliard, candidat pour le groupe "Loir-et-Cher en commun", union des gauches et des écologistes pour les élections départementales 2021.

" Nous sommes encore en cours de dicussion pour ce canton sous formes d'éventuelles réciprocités. Les deux sortants ont soutenu la plupart des décisions de la majorité départementale. Mais il n'est pas question d'accord partisan puisqu'ils appartiennent à la majorité présidentielle que l'on combat", conclut Guillaume Peltier en tant que membre du comité politique de l'Union pour le Loir-et-Cher. 

*Les 14 binômes candidats et leurs remplaçants aux élections départementales du Loir-et-Cher les 20 et 27 juin 2021

 

Le programme de la droite et du centre en cinq points :
  • L'union des forces locales face à la bureaucratie parisienne
  • Développer le salariat des médecins au niveau départemental comme au niveau régional
  • La fibre optique pour tous d'ici 2023
  • La rénovation de tous les collèges
  • 100% de produits locaux dans les cantines des collèges
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections départementales 2021 élections les républicains