• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

La députée Sophie Auconie signe une tribune contre le déremboursement de l'homéopathie

Une manifestation de soutien à l'homéopathie, en juin. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Une manifestation de soutien à l'homéopathie, en juin. / © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

45 députés, dont l'élue d'Indre-et-Loire estiment que l'homéopathie a, indirectement, un réel effet sur la santé. 

Par Yacha Hajzler

"Pourquoi chercher coûte que coûte à opposer la médecine conventionnelle à la médecine douce ?" 45 députés s'interrogent ce matin dans une tribune parue dans le Journal Du Dimanche. Ils demandent au gouvernement de renoncer au déremboursement de l'homéopathie. Parmi les signataires, Sophie Auconie, députée UDI d'Indre-et-Loire.
 

L'homéopathie, une pratique bien installée


Avec ses confrères, elle revient sur les effets de l'homéopathie sur la santé qui, s'ils sont indirects, n'en sont pas moins réels. Premier effet : le combat contre l'antibiorésistance. En effet, selon les résultats du rapport EPI3, une étude réalisée par les laboratoires Boiron, les patients également soumis à un traitement homéopathique consomment selon les pathologies 2 à 3 fois moins de médicaments. Or l'antibiorésistance, la mutation de bactéries qui deviennent résistantes aux antibiotiques, "est un grave problème de santé publique mondial, qui progresse extrêmement rapidement, et qui s’accélère depuis les années 2000", selon le ministère de la Santé

Soin de support pour les effets secondaires, pour les chimiothérapies ou encore les radiothérapies, l'homéopathie aurait "[trouvé] sa place à l'hôpital".
 

Inquiétude pour l'emploi dans le Loir-et-Cher


Si elle n'est pas évoquée par la tribune, le déremboursement de l'homéopathie pose une autre question : celle de l'emploi. A Montrichard, dans le Loir-et-Cher, les laboratoires homéopathiques Boiron emploient 80 personnes, sans compter la collaboration avec les entreprises locales. Déjà face à une baisse du chiffre d'affaire de 10% à 15%, le site s'inquiète de son avenir, si le déremboursement devait advenir. 

"On n'a pas été habitués à vivre une tension comme celle-ci, reconnaissait le mois dernier Carine Jaubertie, directrice du site. Tout le monde est mobilisé sur la campagne "Mon homéo, mon choix". Cette pétition pour le maintien du remboursement a déjà récolté plus de 1.2 millions de signatures
 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus