• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

DIRECT. Gilets jaunes: 1000 personnes rassemblées à Chambord pour un pique-nique géant

© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Près d'un millier de gilets jaunes sont réunis au château de Chambord (Loir-et-Cher) à la mi-journée, ce samedi 23 février, pour cet acte XV. Un rassemblement aux allures réplique envers Emmanuel Macron, qui avait célébré en grande pompe ses 40 ans au même endroit, en décembre dernier. 

Par France 3 Centre-Val de Loire

Le Fer à Cheval du château de Chambord recoloré en jaune fluo. L'image est forte. En réponse au président de la République, Emmanuel Macron, qui y avait fêté son 40eme anniversaie en décembre 2017, des gilets jaunes ont décidé d'organiser un pique-nique à Chambord, ce samedi 23 février.

Loin du faste observé lors de l'anniversaire du chef d'Etat. plus de 1000 personnes étaient déjà réunis à midi "dans le calme", selon les gendarmes présents sur les lieux bloquant les ponts qui mènent au château.
Loin donc des "au moins 2500 personnes attendues" par les organisateurs de la journée, qui se sont confiés à nos confères de La Nouvelle République.

Cependant si le nombre escompté n'a pas été atteint, Priscilla Ludosky, l'une des figures et porte-parole du mouvement des gilets jaunes, a fait le déplacement. La jeune femme s'était déjà mobilisée dans la région Centre-Val de Loire en manifestant à Bourges, le 11 janvier dernier.

Entre deux selfies avec les manifestants, elle en a profité pour enregistrer une vidéo de son passage dans le Loir-et-Cher :


 
Un second manifestant détonne également au milieu de la foule : Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, 36e du rang parmi les prétendants au trône de France. C'est à sa famille que l'État a racheté en 1930 le domaine de Chambord.

"Je suis 'gilet jaune' depuis le départ", a rappellé à l'AFP le prince de Parme, qui n'a jamais caché son soutien au mouvement. "Ni à droite ni à gauche, ni en bas, ni en haut, ces gens sont comme tous les Français qui aspirent à vivre de leur travail", a-t-il lancé, son impeccable veste de velours aux rebords de cuir recouverte d'un gilet de nylon.

Ce nouveau rassemblement se veut apolitique et asyndical, comme depuis la genèse du mouvement des gilets jaunes en novembre 2018.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus