Face aux gelées nocturnes, les viticulteurs du Val de Loire se préparent pour éviter la catastrophe

Ce début de mois d'avril est marqué par des températures minimales qui peuvent descendre jusqu'à -4 degrés. Face à ces gelées nocturnes, les viticulteurs ont entamé leurs préparatifs, comme dans le Val de Cher.

Une tour antigel est efficace sur un rayon de 5 hectares.
Une tour antigel est efficace sur un rayon de 5 hectares. © F3 / A. Heudes

Le froid revient en région Centre-Val de Loire : ce lundi 5 avril, la température minimale à Monthou-sur-Cher, dans le Loir-et-Cher, était de -4°C, et le phénomène devrait se poursuivre au cours de la semaine selon Météo France. Malgré la fraîcheur matinale, Olivier Bellanger, viticulteur bio de l'AOC Touraine, est sorti pour vérifier le bon fonctionnement de la tour antigel déployée sur son coteau.

Ces gelées d'avril n'ont rien d'inédit, mais pour les viticulteurs, elles représentent une catastrophe potentielle pour certains cépages, comme le menu pineau d'Olivier Bellanger. "C'est un cépage très précoce", explique-t-il, un sarment à la main, "ici on voit que les bourgeons sont déjà bien développés, et là ils rentrent dans un stade très sensible au froid et au gel".

Si elles gèlent, c'est tout le rendement de l'année qui est en danger, comme cela a été le cas en 2012, 2016 et 2017 sur ce coteau. Pour se protéger, Olivier Bellanger a rejoint la Cuma Protec'gel départementale, une coopérative de matériel agricole grâce à laquelle une soixantaine de tours ont été déployées dans le département. Brassant l'air sur un rayon de chaque hectare, l'hélice de la tour permet de réchauffer le sol au lever du jour. Malgré le bruit et le coût du procédé, il reste à ce jour le plus efficace contre les gelées printanières.

Retrouvez ci-dessous le reportage d'A. Heudes, I. Racine, F. Belzeaux ou cliquez ici

Face aux gelées nocturnes, les viticulteurs du Val de Loire se préparent pour éviter la catastrophe

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie météo