Guillaume Peltier veut un tribunal sanitaire international : “Les bureaucrates doivent rendre des comptes !”

Guillaume Peltier, Député de Loir-et-Cher & Vice-président délégué Les Républicains|Conseiller régional & chef de l'opposition en Centre-Val de Loire / © IP3 PRESS/MAXPPP
Guillaume Peltier, Député de Loir-et-Cher & Vice-président délégué Les Républicains|Conseiller régional & chef de l'opposition en Centre-Val de Loire / © IP3 PRESS/MAXPPP

Le député de Loir-et-Cher propose que l’Assemblée nationale vote une résolution favorable à la création d’un tribunal sanitaire international. Il aurait notamment pour vocation d’établir les responsabilités chinoises et celles de l’OMS dans la crise du Covid-19.

Par Xavier Naizet

Pour Guillaume Peltier, certaines idées nées dans le monde d’avant restent valables dans le monde d’après.

En 2018, il avait proposé la création d’un tribunal climatique international sur le modèle du tribunal pénal international, afin de faire payer les états et les grands groupes industriels responsables des catastrophes.

À la lumière de la crise actuelle, il réactualise son idée.

Le vice-président Les Républicains vient de déposer en son nom une résolution à examiner par l’Assemblée nationale. Elle porte sur la création d’un tribunal sanitaire et climatique.

Dans l’hypothèse où elle serait adoptée, il faudrait ensuite que le président de la République convainque une majorité de pays de l’ONU de le mettre en place.

Le chemin sera donc très très long. Mais, Guillaume Peltier rappelle que le tribunal pénal international a été créé en 1998, alors qu’on a commencé à parler de ce type d’instance après la guerre de 1870… 
 
  • A quoi servirait le tribunal sanitaire international que vous imaginez ?
Je suis en colère de voir chaque semaine vos confrères révéler les défaillances et dysfonctionnements de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Il faut comprendre les causes de la crise pour éviter qu’elle ne se reproduise.

Que s’est-il vraiment passé en Chine ? Pourquoi les autorités chinoises ont-elles masqué les chiffres et censuré les lanceurs d’alerte ? Pourquoi l’OMS nous a-t-elle si peu alertés ? Pourquoi a-t-elle salué la transparence chinoise au lieu de sonner le tocsin et de nous donner toutes les informations dès janvier ? Pourquoi a-t-elle critiqué les Etats-Unis qui fermaient leurs frontières ?

L’OMS dispose d’un budget de 6 milliards d’euros et emploie 7000 salariés avec pour mission de protéger les populations. Je n’ai pas les réponses et nous devons savoir pourquoi elle a failli à ses missions.

Ça fait longtemps déjà que l’Europe dénonce ses lacunes, sa complaisance avec la Chine et le lobby de l’industrie pharmaceutique. Les bureaucrates doivent rendre des comptes !
  • N’est-il pas possible de mener ces enquêtes dans le cadre du tribunal pénal international ?
Le TPI n’a compétence que pour les guerres et les génocides. C’est à l’ONU de créer cette nouvelle structure.

J’espère donc que le parlement va demander au ministre des affaires étrangères et au président de la République de mener ce combat. Il y aura des alliés. Les Etats-Unis et la Russie ont déjà commencé à mettre en cause l’OMS.

A-t-elle fauté par incompétence, par manque de moyens ou par connivence ce qui serait encore plus grave ?

Ce tribunal pourrait ensuite s’occuper des catastrophes climatiques. Il faut une instance pour sanctionner les grands groupes et les états.
 
  • À propos d’état, une fois alertée par l’OMS la France n’a-t-elle pas elle-même tardé à prendre certaines mesures concernant la commande des masques ou la protection des populations ?
Il y a aussi des responsabilités nationales à établir. Nous avons demandé et obtenu une commission d’enquête parlementaire qui se tiendra à l’automne.

Nous interrogerons les ministres et les fonctionnaires pour comprendre les défaillances et incohérences de l’état concernant les masques, les écoles etc.
 
  • Quelle sera votre position concernant le plan de déconfinement présenté mardi à l’Assemblée nationale par Édouard Philippe ?
Nous sommes ébahis par la méthode du gouvernement qui précipite l’organisation d’un faux débat où on devrait se prononcer en urgence.

Soit le gouvernement est prêt et il nous transmet à l’avance le texte pour que nous l’examinions soit on doit repousser le vote. L’Assemblée nationale n’est pas une chambre d’enregistrement. En l’état, pas question que je participe à ce vote.
 

L'autre proposition de Guillaume Peltier pour soutenir le tourisme national 

En dehors de sa résolution, le député de Loir-et-Cher propose également une réduction des tarifs des autoroutes pour soutenir le tourisme national :

En 2018, j’avais déjà proposé une baisse des péages à proportion des travaux en cours qui rendent certaines voies inutilisables. On ne doit pas payer plein tarif quand on ne roule pas à deux fois deux voies.

Cette année, nous savons qu’il y aura très peu de touristes étrangers. Il faut faciliter les déplacements des Français en diminuant de moitié les tarifs des péages pendant l’été. Ce sera une façon de soutenir la fréquentation de Chambord, Villandry, Beauval et tant d’autres. Ces sociétés doivent participer à l’effort national.

J’ai toujours été contre la privatisation des autoroutes même quand elle a été faite en 2006 par la droite du temps de Jacques Chirac. Depuis la privatisation, les tarifs ont augmenté de 20% ce qui a rapporté 27 milliards de dividendes aux actionnaires. Sur les 3 milliards de dividendes produits chaque année on pourrait aussi prélever un milliard pour aider les Français à acquérir des véhicules propres.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus