Vidéo. Ce chef de Romorantin se met dans la peau d'un Américain pour vendre ses burgers et faire rire sa communauté

Pour attirer l'attention sur sa carte de burgers à emporter, et pour faire sourire en pleine crise sanitaire, le chef du restaurant traditionnel L'Epicurien, en Sologne, se met en scène dans une vidéo parodique truffée de références américaines. Un pied de nez plein d'humour à l'actualité.

Le chef du restaurant L'Epicurien, situé près de Romorantin, fait un pied de nez à l'actualité dans ce clip parodique à l'américaine
Le chef du restaurant L'Epicurien, situé près de Romorantin, fait un pied de nez à l'actualité dans ce clip parodique à l'américaine © Découverte : la chaine de ça
Chapeau de cowboy, gros cigare, lunettes de soleil et (faux) revolver... Dans un clip réalisé pour mettre en avant son restaurant de Villeherviers, près de Romorantin, Arnaud Gauthier a tout de la caricature de l'Américain grossier et bruyant que l'on croise régulièrement à la télévision.

"Je suis un amoureux de la France, j’aime la bonne bouffe et le bon vin", annonce le chef dans un anglais approximatif doublé par une voix française suffisamment stéréotypée pour rentrer dans l'univers de Discovery Channel (du nom de la chaîne de télévision américaine). Un coup de pub réalisé avec humour, mais sans oublier l'essence de son établissement, L'Epicurien : "J’ai trois grands principes, la cuisine dois être locale, faite maison et avec amour"

Faire sourire en ces temps troublés

Alors que l'élection présidentielle américaine et la crise sanitaire sont sur toutes les lèvres, ce restaurateur de 38 ans, implanté au coeur de la Sologne, a voulu offrir une bouffée d'air à ses collègues, ses clients, et son entourage. "On est là pour régaler les gens mais aussi pour les faire rire et sourire en ces temps troublés", lance-t-il.
 

C'est une vidéo qui est un peu à notre image : on aime bien l'auto-dérision, ne pas se prendre au sérieux. En même temps, on met en avant de bons produits. 

Arnaud Gauthier, chef et propriétaire de L'Epicurien


Frappé comme tous par les difficultés économiques liées au confinement, ce restaurant semi-gastronomique, qu'il tient avec sa femme, a dû se réinventer : "On a repensé notre carte avec des plats qui se réchauffent facilement, comme les ris de veau forestiers, ou qui se transportent bien, donc on a décidé de faire pour première fois des burgers, mais améliorés. Filet de boeuf, foie gras toasté et oignons rouges aux Côteaux du Layon, par exemple."

Dans une parodie de la série Netflix Chef's Table (la table du chef), qui met en valeur la cuisine de nombreux chefs étoilés, on y suit le maître-restaurateur qui prépare, au rythme des Quatre saisons de Vivaldi, un burger dévoilé sous une cloche opaque de fumée, un effet dramatique largement utilisé dans l'émission culinaire.
 

La cuisine à emporter : "juste assez pour sauver les meubles"

Tout en faisant preuve d'un second degré flagrant, ce barbu mi-chef mi-cowboy rappelle que son établissement restera ouvert pendant le confinement : "Aller au restaurant, ce n’est pas seulement se remplir l’estomac. C’est avant tout une expérience humaine et sensorielle, et je ne laisserai pas ce **** de virus vous priver de ça. Je vais continuer à vous faire vivre une expérience culinaire unique (...) et je vous propose tout ça à emporter !" explique-t-il face caméra, toujours doublé par une grosse voix. 

Et les affaires tournent bien, les soirs et le week-end, autant que possible. Entre 18h30 et 20h30, le restaurant accueille un client toutes les 15 minutes pour qu'il vienne chercher son plat sans croiser personne. "Avant le confinement, on était pleins deux mois en avance, donc c'était plutôt simple de s'organiser. Là c'est plus compliqué, ça engendre des coûts et du travail en plus, avec une organisation à refaire. Ça sauve les meubles et ça paye les factures."
 
Une cuisine "locale, faite maison et avec amour", tel est le crédo du chef de L'Epicurien
Une cuisine "locale, faite maison et avec amour", tel est le crédo du chef de L'Epicurien © L'Epicurien
 
Le chef devait ouvrir un second restaurant juste avant le premier confinement, mais a finalement dû, au contraire, licencier une bonne partie de son staff. Il reste néanmoins optimiste, grâce aux nombreux témoignages de soutien qu'il reçoit. 
 

Les habitués restent présents, et même par rapport au premier confinement, les gens n'ont pas forcément envie de faire la cuisine. Beaucoup savent qu'il faut soutenir les artisans et les restaurateurs, parce qu'ils voient que pour nous c’est catastrophique, certains ne vont pas se relever.

 

Une pub' made in Romorantin


La vidéo a été réalisée et orchestrée par deux jeunes originaires de Romorantin, Pierre Loubignac et Guillaume Debouver, 26 et 28 ans. L'un est comédien, l'autre a fait des études d'audiovisuel. À deux, ils tiennent une chaîne Youtube sur laquelle ils déclinent ce concept de parodie d'émissions américaines. Arnaud Gauthier est un admirateur, et la rencontre s'est faite tout naturellement. "Le tournage a duré deux jours, puis il y a eu deux jours de montage. Le résultat est impressionnant, ils ont un talent de dingue", encense le restaurateur.

Un travail d'équipe qui a pu offrir une bulle d'air frais en cette période particulièrement difficile. "On navigue à vue en ce moment, mais on s'accroche, avec humour!", conclut le chef.

La vidéo

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cuisine culture gastronomie alimentation société confinement insolite humour sorties et loisirs