Scène de Crime : le mystère de la "femme au papillon", qui a tué Frédérique Caill dans le Loir-et-Cher en 1999 ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Rebecca Benbourek
durée de la vidéo : 06min 45
Scène de crime "Aigle et papillon" : le mystère de "la femme au papillon" retrouvée morte sur les bords de Loire ©France Télévisions

VIDEO. Le 15 juin 1999, le corps sans vie d’une jeune femme est découvert découpé en morceaux sur un banc de sable de Rilly-sur-Loire, en Loir-et-Cher. Le meurtrier de Frédérique Caill sera-t-il un jour retrouvé ?

Notre série de vidéos "Scène de Crime" vous propose de revenir sur les affaires criminelles les plus marquantes de ces dernières années en région Centre-Val de Loire. Aujourd’hui, retour sur une affaire non élucidée : la mort de Frédérique Caill en 1999.

Le corps découvert par un pêcheur

La scène de ce crime s’est vraisemblablement déroulée le 13 juin 1999, mais impossible de préciser le lieu exact du meurtre de cette jeune femme de 27 ans, car plus de vingt ans après les faits de nombreuses zones d’ombre demeurent.

Mardi 15 juin 1999, un jeune pêcheur vient profiter des premiers rayons de soleil de l’été sur la Loire. Non loin du château de Chaumont, les bancs de sable de Rilly-sur-Loire sont un endroit privilégié des amateurs de poissons ligériens. Mais ce jour-là, quelque chose trouble la tranquillité du décor. Le pêcheur découvre sur la rive des sacs plastique et des morceaux de corps humain éparpillés. Très choqué, il part immédiatement alerter les gendarmes.

La victime a été démembrée

Les premières constatations révèlent qu’il s’agit d’une jeune femme mutilée avec une grande sauvagerie. Son corps a été démembré, ses seins découpés et l’utérus arraché, il est introuvable. L’autopsie permet d’établir qu’elle a été tuée d’un coup de fusil de chasse avant d’être découpée post-mortem.

"Elle est morte d’un coup de fusil de chasse tiré verticalement dans la tête ce qui nous mène à penser qu’elle était couchée au moment où le coup est parti" explique Jacques Fombonne, commandant de la Section de Recherches d’Orléans en charge de l’enquête au début des années 2000.

Quelques jours après la macabre découverte, les enquêteurs de la gendarmerie lancent un appel à témoin pour identifier la victime. Il s’agit d’une femme d’une trentaine d’année mesurant 1m70 pour une soixantaine de kilos, les cheveux châtain clair et les yeux bleus. Elle porte deux signes distinctifs : un tatouage d’aigle sur l’omoplate droite et un autre représentant un papillon.

L’affaire reste une énigme

L’appel à témoin permet de donner un nom à celle que la presse surnomme alors "la femme au papillon". Frédérique Caill, née à Genève en 1972, mère de deux enfants. Arrivée de Bordeaux, elle était installée à Tours seulement un mois avant sa disparition. Pour gagner sa vie, la jeune femme de 27 ans s’adonnait à la prostitution.

Quand on sait qu’elle a été tuée par un homme alors qu’elle était couchée et que les prostituées ne dorment pas avec leur client, on se dit que l’on doit s’intéresser à quelqu’un qui est dans son entourage proche

Jacques Fombonne

Malgré une enquête au long cours des gendarmes de la Section de Recherches d’Orléans, malgré plusieurs pistes et plusieurs suspects, l’auteur du meurtre monstrueux de Frédérique Caill n’a jamais pu être arrêté. Une affaire non-élucidée dont le dossier est toujours ouvert.