Loiret : un ancien entraîneur de football condamné pour abus sexuels

L'entraîneur bénévole a abusé de 8 jeunes de son club de football - Photo d'illustration / © JARRY/MAXPPP
L'entraîneur bénévole a abusé de 8 jeunes de son club de football - Photo d'illustration / © JARRY/MAXPPP

L'entraîneur bénévole de Coquilleroy a abusé sexuellement 8 jeunes de son club de football. Un dispositif pilote dans la région devrait contribuer à bannir ces crimes. 

Par Yacha Hajzler

Patrick L. a été condamné ce mardi 21 mai à Orléans à cinq ans de prison dont deux avec sursis. La Cour d'appel d'Orléans a alourdi la peine prononcée en première instance à l'encontre de cet ancien entraîneur bénévole du club de football de Corquilleroy, dans le Loiret.
 

Huit jeunes sexuellement abusés


Entre 2005 et 2011, Patrick L. a usé de sa position pour abuser sexuellement de huit jeunes, mineurs pour certains. 

"L'enquête de plusieurs années du juge d'instruction a démontré que cet homme recevait à son domicile des adolescents liés au club de football. Certains le connaissaient depuis longtemps, depuis l'âge de 5 ou 6 ans. Et malheureusement, quand ils ont été en âge de l'intéresser, il a abusé d'eux" confirme le procureur de Montargis, Loïc Abrial. 

L'homme avait instauré dans son appartement un "climat de liberté totale", où il permettait aux jeunes de boire et de consommer des stupéfiants lors de soirées où il abusait ensuite des jeunes garçons. 

Sa peine a été assortie d'une interdiction définitive d'exercer une profession en lien avec des mineurs, et d'une période de suivi de 5 ans avec obligation de soins. 
 

Un dispositif pour mettre fin aux abus


Cette condamnation intervient alors que la région Centre-Val de Loire a été choisie par la ministre des Sports pour expérimenter un programme pilote de vérification systématique des casiers judiciaires des bénévoles exerçant dans les clubs de football. 

Ce programme a été mis en place en avril, après plusieurs condamnations successives pour maltraitance ou prédation sexuelle, des cas où les antécédents des éducateurs n'avaient pas été vérifiés par les clubs. 

La Ligue de football du Centre-Val de Loire aura désormais la possibilité de croiser les dossiers avec les ministères des Sports et de la Justice, et sera chargée de faire remonter les cas de maltraitance dans ses clubs. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus