Municipales 2020 : le taux inquiétant de pauvreté à Montargis s'invite dans la campagne électorale

Mairie de Montargis / © Google street view
Mairie de Montargis / © Google street view

33% des Montargois vivent sous le seuil de pauvreté, contre 15% des Français au niveau national. Une situation délicate dont souhaite s’emparer Manuel Ribeiro, candidat sans étiquette aux élections municipales de mars prochain.

Par Sophie Maréchal

Montargis est la 85ème ville la plus pauvre de France et la première de la région selon l’Insee. Ainsi, 33% des Montargois vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 1026 euros par mois. A titre de comparaison, la moyenne nationale est de 15%.
Loading...

Loading...

Si l’on observe les villes voisines, la "Venise du Gâtinais" demeure bien en tête du classement des communes les moins riches du Loiret. Le taux de pauvreté à Gien se situe à 24%, à Amilly à 12%, à Saint-Jean-de-la-Ruelle à 22% et à Orléans à 21%.

La situation, loin de s’améliorer au cours du temps, s’est au contraire dégradée, en comparaison du reste du territoire : le niveau de vie médian – qui se situait à 15.579 euros en 2013 – n’a augmenté que de 34 euros, contre 624 euros au niveau national.


Chômage et manque d'attractivité sont facteurs de pauvreté

Pour Manuel Ribeiro, candidat sans étiquette aux élections municipales et chef d’entreprise, il est temps «d’affronter la réalité» en s’emparant du thème de la précarité. «A un moment donné, on ne peut pas trouver les bonnes solutions si on n’a pas le bon diagnostic. L’Insee a donné des chiffres précis. Alors pourquoi les commerces de centre-ville ne s’en sortent pas ? Parce qu’il n’y pas de clients avec des paniers moyens assez forts, par exemple. La précarité est une thématique complexe, dont on connaît les mécanismes, mais on doit se mobiliser pour changer les choses !»
Soutenus par les marcheurs montargois, Manuel Ribeiro désigne le chômage – qui culmine à 39.9% chez les hommes de 15 à 24 ans – comme cause principale de la précarité locale. «Montargis est une ville d’histoire industrielle mais il faut retrouver du dynamisme. Il faut aider ceux qui sont capables de créer des emplois, c’est-à-dire les associations, les commerces…Il faut aussi mettre en contact les étudiants avec les entreprises locales. Un jeune qui a étudié à Montargis ne doit pas partir travailler ailleurs ! Mais aujourd’hui les gens qui ont des compétences s’en vont», déplore le candidat.
Loading...

Loading...


"Montargis n'est pas un territoire perdu !" se défend le maire sortant 

«Escroquerie» et «chiffon rouge» pour l’actuel maire de Montargis, Benoît Digeon, candidat Les Républicains à sa propre succession. «Les habitants de Montargis ont de petits revenus, mais ce n’est pas la peine de les insulter pour autant ! s’emporte-t-il. Montargis est cœur d’une agglomération de plus de 60.000 habitants [55.762 selon l’Insee, nldr], et c’est à ce niveau qu’il faut se positionner pour avoir du recul. Selon les chiffres de l’Ursaf, il y avait 17.700 emplois en 2010 et au deuxième semestre 2019, 18.200. Il y a eu 500 créations d’emplois. Ce n’est pas énorme, mais cela n’a rien à voir avec un territoire perdu !»


Un taux de pauvreté de 33% à Montargis, contre 20.9% dans l'agglomération

A l’échelle de l’unité urbaine effectivement, la situation est plus nuancée. Toujours, selon les chiffres de l’Insee, le taux de pauvreté en 2016 est 20.9 % et le taux de chômage des 15 à 64 ans est de 20.5%.
Benoît Digeon l’assure, la lutte contre la précarité passe par l’investissement, et le bilan de la commune en la matière est satisfaisant. «Nous avons mis en place un programme de rénovation des logements de trois rues principales en centre-ville. En installant la biomasse dans la chaufferie urbaine, nous avons réduit de 33% le prix du chauffage pour les habitants
Autre projet que le maire espère pourvoyeur d’emplois : la transformation de la caserne Gudin par l’agglomération. «Sur cinq hectares et demi au centre-ville, nous allons créer une salle de spectacle, une résidence pour les séniors, mais aussi un agrandissement du CFA [centre de formation des apprentis, ndlr] du Loiret, précise Benoît Digeon. Il faut traiter en douceur le problème de l’emploi, car maintenant, on ne peut plus faire venir une entreprise qui pourrait créer 500 postes. Effrayer les gens n’est pas une solution.»

Le maire LR espère déplacer le débat à son avantage sur les thématiques qu'il s'est fixé, notamment le cadre de vie, l'environnement, le développement durable et l'insertion. 

Listes des candidats officiellement déclarés à la mairie de Montargis : 

- Benoît Digeon (LR) 
- Dalip Vehapi (PS)
- Manuel Ribeiro (SE)

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus