Arnaques, fake news, ruées vers les supermarchés : comme si le coronavirus ne suffisait pas

Des rayons entiers ont été dépouillés dans certains supermarchés. / © MM
Des rayons entiers ont été dépouillés dans certains supermarchés. / © MM

Alors que les pouvoirs publics s'attendent à une aggravation de l'épidémie de coronavirus en France, des annonces peu scrupuleuses et des mouvements plus ou moins paniqués fleurissent sur les réseaux sociaux et sur la voie publique.

Par Bertrand Mallen

En période de crise, les risques ne sont pas que sanitaires. L'ennemi invisible que représente le coronavirus alimente tous les fantasmes et a déclenché une atmosphère paniquée sur l'ensemble du territoire. Parmi les dernières régions touchées, le Centre-Val de Loire compte également son lot de fake news, de mouvements de foule et même de tentatives d'escroquerie.
 

Une arnaque sur le dos des pompiers

Au-delà des supermarchés pris d'assaut, des tentatives d'escroquerie semblent avoir débuté. Le 16 mars, l'Union départementale des sapeurs pompiers (UDSP) de l'Indre-et-Loire a publié un tweet incitant à la prudence.
 


L'alerte provient d'un chef de centre de l'est de la Touraine, du côté de Bléré. D'après l'UDSP, jointe par France 3, l'une des recrues bénévoles du centre a été jointe sur son lieu de travail par "un certain Monsieur B. qui disait travailler pour les pompiers". Au téléphone, l'homme affirme s'occuper d'insertions publicitaire dans des brochures concernant les gestes qui sauvent, notamment concernant le coronavirus, et tente de démarcher son interlocuteur. Problème, ni l'UDSP ni le SDIS (service départemental d'incendie et de secours) ne sont au courant de cette opération.

En ce qui concerne les "gestes qui sauvent", précise l'UDSP, "on s'appuie simplement sur les recommandations de l'ARS". "De notre côté nous avons suspendu l'ensemble de nos formations aux premier secours et n'avons demandé l'édition d'aucune brochure." En cas de doute, les pompiers recommandent de contacter le secrétariat de votre UDSP locale, afin de vous assurer du bien fondé de la démarche de votre interlocuteur.
 

Fausses astuces et vraie panique

Bien que le coronavirus n'empêche personne de faire ses courses, et que le gouvernement ait assuré qu'il n'y avait aucune pénurie alimentaire, les consommateurs ont été nombreux à se ruer sur les supermarchés et les magasins d'alimentation. En banlieue d'Orléans comme en pleine campagne circulent les mêmes images de rayons complétement dépouillés de leurs pâtes et de leur riz, à l'image de ce supermarché de Noyers-sur-Cher. Cette ruée vers les supermarchés présente d'autant plus de risques qu'elle regroupe beaucoup de monde aux caisses en même temps, sans distances de sécurité.
 


Sur les réseaux sociaux, des listes de fausses astuces et gestes à adopter ont également circulé ces derniers jours, laissant entendre que le virus ne résisterait pas aux boissons chaudes, alcoolisée, ou encore à la cocaïne. Répandues par des plaisantins ou des personnes bien intentionnées, ces fausses informations ont un effet bien réel sur la propagation du virus et la psychose qui l'entoure.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus