Bar à lessive à Orléans : comment fabriquer soi-même ses produits d'entretien ?

C'est tendance, écologique et économique. A Orléans, on peut désormais fabriquer soi-même sa lessive. / © Théophile Mbaka - F3CVDL
C'est tendance, écologique et économique. A Orléans, on peut désormais fabriquer soi-même sa lessive. / © Théophile Mbaka - F3CVDL

 Pour encore mieux fidéliser sa clientèle, la Droguerie Morette à Orléans a trouvé la botte secrète : Le Bar à lessive. Ce sont des ateliers qui permettent aux clients de concocter leurs produits d'entretien sans additifs chimiques. Un marché de niche.

Par Theophile Mbaka

Vous reprendrez encore un peu de lessive liquide Madame?

C'est écologique et économique. Un argument de poids sur lequel la petite droguerie a battit son plan de communication. Il faut dire que celui-ci rejoint une préoccupation de la clientèle. Celle-ci est de plus en plus allergique aux additifs chimiques et tient à savoir ce qu'elle utilise précisément.
C'est ainsi qu'est née l'idée de proposer des ateliers sous forme de Bar à lessive. Ouvert il y a trois mois à peine, le bar ne désemplit pas. Les clientes, pour l'essentiel, veulent étancher leur soif de connaissances.

Pour fabriquer par exemple,une crème à récurer, la composition est simple :
  • 60 g de Bicarbonate. 60 g de Blanc de Meudon. 60 g de Savon de Marseille Liquide. 4 Gouttes d'Huiles Essentielles de citron puis 1/4 litre d'eau.
  • Mélanger, remuer, touiller sous le regard et les conseils de Patricia Delhomme, la Gérante de la Droguerie.
L'atelier dure une heure. Le temps de composer deux autres produits Une crème à récurer et de la lessive liquide. Satisfaites, les clientes repartent avec leur production du jour, moyennant dix euros.

Un marché de niche qui fidélise la clientèle

C'est un fait d'évidence. Nombre de petits commerces des centres-villes ont petit à petit disparu. Ceux qui résistent doivent se montrer inventifs et créatifs.
Pour lutter contre ce déclin et redynamiser leur activité face au rouleau compresseur des grandes surfaces, les commerces de proximité jouent la confiance, la convivialité,
Le public veut savoir ce qu'il consomme et le cas échéant, accepte de payer un peu plus cher un produit à condition que l'innocuité de celui-ci soit avérée. C'est sur ce créneau et sur cette exigence que Le Bar à lessive a trouvé sa justification et le regain d'intérêt que désormais il suscite.

Reportage Théophile MBAKA et Francis SIMOES.

Intervenant : Patricia Delhomme, gérante de la droguerie
Bar à lessive à Orléans : comment fabriquer soi-même ses produits d'entretien ?


Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus