Déviation de Jargeau : la justice rejette quatre des cinq recours de l'association Mardiéval

La ville de Jargeau. / © Ville de jargeau
La ville de Jargeau. / © Ville de jargeau

Le tribunal administratif d'Orléans a rejeté quatre des cinq recours de l'association Mardiéval contre la Déclaration d'utilité publique du projet de déviation de Jargeau. Retour en 5 dates sur 20 ans de polémique. 

Par Aurélia Abdelbost

Le premier projet de déviation avec la construction d’un nouveau pont à Jargeau (Loiret) était présenté en 1994, depuis ont suivi plus de 20 ans de polémique autour de la construction d'une nouvelle route de 15 kilomètres ainsi que d'un pont entre Saint-Denis de l'Hôtel et Jargeau. 

Le rejet de quatre des cinq recours déposés par l'association Mardiéval par le tribunal administratif d'Orléans fait pencher la balance du côté du département. Ce dernier défend que ce projet permettra de désengorger le pont de Jargeau où circulent autour de 15 000 véhicules par jour.

Mardiéval, de son côté, s'oppose à la déclaration d'utilité publique du projet, l'autorisation de réaliser des sondages géologiques, de détruire des espèces protégées et de déboiser la zone. Les cinq recours ont été déposés au début de l'année, puis une audience a eu lieu début juillet. Le collectif considère que ce projet sera dévastateur pour la faune et la flore. 
 

L'association Mardiéval compte faire appel


La justice annule tout de même un arrêté préfectoral permettant de détruire certaines espèces protégées pour les besoins des travaux, donnant raison à l'association sur ce point. Selon nos confrères de France Bleu, Marc Gaudet, président du Conseil départemental du Loiret, considère que cet arrêté a été annulé pour des raisons de forme et non de fond et demande donc au préfet de prendre un nouvel arrêté.

Quant à l'association de protection de l'environnement, elle compte faire appel de la décision de valider l'arrêté préfectoral de déclaration publique.

Ce dossier est donc encore loin d'être clos. Retour en cinq dates sur 20 ans de polémique. 

Avril 1994


Un premier projet de déviation avec la construction d’un nouveau pont est présenté au Conseil général du Loiret pour désengorger le pont de Jargeau dont le trafic ne cesse d’augmenter. 
 

Septembre 2016


Nacer Meddah, préfet de région et du Loiret, signe l’arrêté permettant au projet de déviation d’entrer dans le cadre d’une déclaration d’utilité publique (DUP). Le futur aménagement routier peut donc désormais passer sur des terrains privés en les expropriants.
 

Octobre 2017


Le conseil départemental du Loiret lance les travaux préparatoires à la construction du tronçon de la déviation. L’essentiel des travaux doivent intervenir dès 2018.

Ces travaux comprennent une déviation de la RD921 entre Jargeau et Saint-Denis-de-l’Hôtel avec la construction d’un nouveau pont sur la Loire  avec la création d’une nouvelle route à 2 voies sur près de 15 km entre la RD 13 au Sud sur la commune de Marcilly-en Villette et la RD 960 à l’Est de la commune de Saint-Denis-de-l’Hôtel. 

Décembre 2017


Le collectif La Loire Vivra organise "un dimanche de reforestation à Saint-Denis-de-l’Hôtel". Une centaine de militants se retrouvent sur le terrain de 10 hectares déboisé par les travaux de la déviation afin de replanter des arbustes.
 

Janvier 2018


Le tribunal administratif d’Orléans suspend l’arrêté préfectoral du 11 août et ordonne l’arrêt des travaux de défrichement entamés en octobre 2017. Le tribunal considère en effet "que l’urgence des travaux n’était pas fondée et que l’arrêté ne mentionne pas toutes les espèces protégées". 

Entre octobre 2017 et janvier 2018, ce sont près de 10 hectares de forêts qui ont été détruits dans le bois de la Comtesse à Saint-Denis-de-l’Hôtel.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus