• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Exposition “Et in Acadia“ à Orléans : quand les sculptures sortent de leur ”réserve”

"Et in Acadia" : quand les sculptures du 19e sortent de leur "réserve" - Musée des Beaux-Arts Orléans (Loiret) - jusqu'au 30 mars 2019 / © France 3 Centre VDL
"Et in Acadia" : quand les sculptures du 19e sortent de leur "réserve" - Musée des Beaux-Arts Orléans (Loiret) - jusqu'au 30 mars 2019 / © France 3 Centre VDL

Une centaine de sculptures du 19e siècle exhumées des réserves du musée des Beaux-Arts sont exposées dans leur état primitif à Orléans. Une première en France. Parmi elles, de nombreuses représentations de femmes idéalisés ... réalisés par des hommes. C'était l'époque qui voulait ça . 

Par Ch.L

Les sculptures inspirées de la mythologie abondent dans la collection des pièces exhumées des réserves du musée des Beaux-arts. Des figures représentant des nymphes, une Diane Chasseresse, des faunes mais aussi des représentations religieuses . Elles sont exposées dans leur état primitif afin que les visiteurs puissent apprécier l'ampleur des restaurations à venir. Les sculptures portent ainsi toutes une étiquette de référence, propres aux réserves .

Au 19e siècle, la sculpture reste une affaire d'hommes
Pour des raisons physiques. Camille Claudel s'en émancipera avec quelques rares de ses contemporaines comme Mathilde Thomas-Soyer.

Une des figures féminines tutélaires du musée orléanais c'est bien sûr Jeanne d'Arc. Elle fait bondir le taux de représentation féminine des collections.
c'est à voir : des fragments d'une sculpture de la pucelle bombardée par les américains en août 1944. 

>> Exposition "Et in Acadia" - Fragments de collection
jusqu'au 31 mars - Musée des Beaux-arts d'Orléans

 

 

Sur le même sujet

Pourquoi un terminal Pôle Emploi à Artenay ?

Les + Lus