Fabrice Gaillard, chercheur à l’Institut des sciences de la terre d’Orléans, reçoit le Prix de l'innovation scientifique

Le directeur de recherche au CNRS à l'Institut des sciences de la terre d'Orléans s'est vu remettre le prix de l'innovation scientifique 2021 de l'Association Européenne de Géochimie pour ses travaux en géologie expérimentale. Un des prix les plus prestigieux du monde dans la discipline.

Le Oldoinyo Lengai (Tanzanie) avec ses coulées de carbonatites, en blanc sur le sommet. Un volcan sur lequel l'équipe de Fabrice Gaillard à travaillé.
Le Oldoinyo Lengai (Tanzanie) avec ses coulées de carbonatites, en blanc sur le sommet. Un volcan sur lequel l'équipe de Fabrice Gaillard à travaillé. © Hannes Matsen, ETH, Zurich

L’association européenne de géochimie (EAG) vient de décerner le Prix de l'innovation scientifique 2021 à Fabrice Gaillard, directeur de recherche au CNRS au sein de l’Institut des sciences de la terre d’Orléans (Isto) sous tutelle du CNRS, du Bureau de recherches géologiques et minières et de l'Université d'Orléans. Une médaille venue récompenser ses travaux de géologie expérimentale débutés il y a plusieurs années. Le prix vient récompenser, tous les 5 ans, les scientifiques qui ont récemment réalisé une percée particulièrement importante et innovante dans le domaine de la géochimie. "C’est une fierté, car même s’il est décerné par une association européenne il peut être délivré pour des travaux du monde entier, se réjouit Fabrice Gaillard. C’est le prix le plus visé par la discipline.

Le chercheur de 47 ans tient à le préciser : ce ne sont pas les médailles qui le passionnent, mais plutôt de faire avancer la recherche. Il l’avoue lui-même dans un sourire : "Je ne connaissais pas ce prix avant qu’il me soit décerné !" Avec son équipe, Fabrice Gaillard, étudie la géologie mais avec une petite particularité, il n’est pas sur le terrain mais au sein de l’Isto. Pour cela, il a mis au point des prototypes de machines pouvant simuler ce qu’il se passe à l’intérieur de la terre, dans toute sa complexité. Mais également de comprendre le processus magmatique. "Il y a beaucoup de paramètres à maîtriser comme la pression et la température, c’est la vraie difficulté", explique le scientifique. 

Fabrice Gaillard et son équipe de recherche de l'Isto.
Fabrice Gaillard et son équipe de recherche de l'Isto. © Gilles Kagan/Laboratoire IRHT-CNRS

Ce savoir-faire presque unique au monde est très demandé, car il peut servir notamment aux industriels en quête de ressources minérales. Tout d’abord pour les identifier, et ensuite pour prévenir des risques que peuvent engendrer l’exploitation de ses ressources à l’intérieur de la terre. "Il y a une multitude de questionnements de géochimie qui nous animent, nous avons un vrai désir de connaissance. Et tant mieux si dans un second temps on s’intéresse à nos travaux", précise Fabrice Gaillard. 

Un prix prestigieux qui vient récompenser les travaux de son équipe et dont il espère pouvoir profiter pour mener de nombreuses autres études : "Cela devrait ouvrir des portes pour l’obtention de fonds de recherches." Une excellente nouvelle pour l’Institut des sciences de la terre d’Orléans.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences culture