CARTE. Idée de randonnée urbaine à Orléans : le parcours street art engagé du graffeur Ardif

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Amelot

Ardif est de retour dans la cité johannique pour la nouvelle édition du festival d'art urbain ROADS. Avec ses cinq œuvres collées sur les murs de la ville, l’artiste nous invite à découvrir son safari urbain avec un message fort. Qui est Ardif ? Quel est son concept ? On vous explique tout !

Que vous soyez amateur de street art ou non, l'envoutante tête de félin, mi-animal mi-machine, près de la place du Martroi dans le centre-ville d’Orléans vous a forcément interpellés. Ce collage devenu presque iconique, c’est l’artiste parisien Ardif qui l’a réalisé à l’occasion du festival ROADS en 2019. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ardif (@a_r_d_i_f)

Du métier d’architecte aux collages dans la rue  

Ardif est graffeur depuis six ans. Mais avant, il était architecte. En explorant les hybridations possibles entre la nature et l’architecture durant ses études, il eut un jour l’idée d’articuler mécanismes et animaux. Depuis, il développe cette thématique en réalisant des collages d’animaux mécaniques. 

Mes références : des architectes théoriciens mais aussi des œuvres de pop culture comme celles de Moebius ou Hayao Miyazaki

Ardif

En 2016, il réalise son premier dessin dans un parc : un chat qu'il a arrêté à moitié pour créer ensuite une partie mécano-architecturale. Le concept est là ! Son style et son identité visuelle aussi. Il se lance.
Autre élément déclencheur de sa carrière d'artiste street art : les attentats de Paris. Très marqué par cette atteinte à la liberté d'expression et au droit d’investir la rue, son désir de s'approprier l'espace urbain est alors exacerbé.

Ses dessins sont minutieusement préparés dans son atelier avant d'être collés sur les murs des villes. Pour la partie mécanique,
Ardif s'inspire de toutes sortes de rouages anciens, d’horlogerie, d’industrie, de monuments... Chaque détail est dessiné à la main avec patience, avec des outils simples : règles, équerres, compas…
Le visuel est ensuite scanné et imprimé à l'échelle du format du mur sur lequel il sera collé.

Les "Mechanimals", dualisme entre nature et technologie 

Réconcilier la nature et l’homme à travers l’art urbain, c’est le concept d’Ardif.

Engagé, il propose un bestiaire urbain. La symétrie des ses œuvres montrent l’importance de l’équilibre entre la nature et les innovations de l'homme. "Je suis arrivé à cette thématique de l’animal mécanique pour offrir un discours personnel sur l’équilibre à trouver entre le progrès technique et le respect de la nature". 

Les animaux mécaniques, les Méchanimals sont là pour essayer de témoigner de cette possibilité d’équilibre à trouver. La forte symbolique de l’animal amène l’homme à réfléchir sur l’influence de la mécanisation sur la nature. Autre but : retrouver l’animalité, l’instinct animal que les citadins ont perdu. Ramener la faune à la ville, créer une sorte de safari urbain, une occasion pour le public de se retrouver nez à nez avec des espèces oubliées, en voie de disparition… Un message fort sur les problématiques de l’écologie par le street art.

Un parcours artistique dans les rues d’Orléans 

Pourquoi l’artiste parisien est de retour à Orléans ? Après les réactions positives sur ses premiers collages, Ardif a envie de proposer aux Orléanais et aux visiteurs un parcours artistique. Cinq collages sont à découvrir dans la ville.

Pour trouver les collages d'Ardif dans le centre ville d'Orléans, consultez notre carte interactive ci-dessous : 

Le street art est un art éphémère. Allez vite les admirer !