Loiret : le groupe Servier va supprimer 287 postes en recherche et développement

Le groupe pharmaceutique Servier, basé dans le Loiret, va lancer un plan de restructuration de son secteur recherche développement à travers quatre sites, dont ceux de Gidy et Orléans. La FCE-CFDT redoute la suppression de 287 postes au total.

Le site du groupe Servier à Gidy, dans le Loiret. Photo d'illustration
Le site du groupe Servier à Gidy, dans le Loiret. Photo d'illustration © BESSEYRE Christelle / MAXPPP
Le groupe pharmaceutique Servier se prépare à mener un plan de restructuration de son secteur recherche et développement ("R&D") qui pourrait mener à "la suppression de 287 postes" d'après un communiqué du syndicat FCE-CFDT publié le 28 septembre. Pour le syndicats, les sites concernés sont ceux de Biologie Servier à Gidy, dans le Loiret, de Technologie Servier à Orléans, mais aussi des sites de Croissy (Yvelines) et de Suresnes (Hauts-de-Seine).

Un plan de restructuration "inacceptable" pour la CFDT

"Après le plan de restructuration de Servier France avec plus de 650 postes supprimés, le groupe Servier tire un trait sur un peu moins de 20% de ses effectifs de R&D en France" estime le syndicat, qui juge la manoeuvre "inacceptable". A l'heure actuelle, on ignore encore combien de postes seraient concernés sur les deux sites loirétains.
 

Pour la FCE-CFDT, les salariés ne sont pas des variables d’ajustements à court-terme. Les responsables du groupe devront assumer les conséquences de leurs décisions, y compris sur la santé et la sécurité des salariés.

FCE-CFDT du groupe Servier, communiqué


De son côté, le groupe Servier, qui ne confirme pas les chiffres avancés par la CFDT et ne peut pas commenter des informations "confidentielles", assure que les suppressions de postes de ce projet se baseront "sur la base du strict volontariat, via un dispositif de Rupture conventionnelle collective (RCC)." Son plan de "transformation de son activité", initié il y a quelques mois, aura pour but de réorienter la recherche et le développement du groupe en "arrêtant certains projets" et en réalisant des acquisitions, notamment dans le domaine de l'oncologie.
 

Des "créations" d'emplois à terme, selon Servier

Pour "harmoniser et simplifier l'organisation de la R&D", le groupe Servier explique donc prévoir le "départ de certains collaborateurs, à horizon 2021" et le regroupement d'autres postes "dans le futur Institut de Recherche Servier Paris-Saclay". A terme, cependant, "ce projet entraînerait des créations de postes pour mieux couvrir les besoins et renforcer certaines expertises et des suppressions de postes dans certains groupes d’emploi", affirme Servier.

Quant aux discussions entamées avec les représentants du personnel de Servier, elle doivent s’achever fin novembre 2020, a également indiqué le groupe pharmaceutique, qui attend ce moment pour communiquer sur les suppressions effectives de postes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire servier justice société santé industrie économie