• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Orléans : l'AgriFood, théâtre de l'opposition entre acteurs de l'alimentation

Des militants de la Confédération Paysannes se sont installés juste devant le théâtre d'Orléans pour s'opposer à l'Open AgriFood / © Simon Auffret
Des militants de la Confédération Paysannes se sont installés juste devant le théâtre d'Orléans pour s'opposer à l'Open AgriFood / © Simon Auffret

L'événement rassemble pendant deux jours des acteurs de l'industrie agro-alimentaire. Mercredi, la Confédération Paysanne s'est installée juste en face du Théâtre d'Orléans pour s'opposer aux principes défendus par l'Open AgriFood.

Par Simon Auffret

"C'est une réflexion sur l'évolution de notre alimentation, de nos moyens de productions de façon à rassurer nos consommateurs sur une alimentation saine et durable." Prononcée par Emmanuel Vasseneix, co-président de l'Open AgriFood, l'affirmation pourrait pourtant venir d'un des opposants à l'événement, dont plusieurs dizaines de militants se sont rassemblés juste devant le théâtre d'Orléans, le 15 novembre.

"Nous défendons tous les modèles d'agriculture qui soient des modèles durables, c'est à dire dans lequel tout le monde puisse décemment vivre de son métier, mais aussi qui préserve une alimentation saine et bonne pour la santé (...) Il n'y a pas une mais des agricultures", a également défendu le laitier. "Il n'y a pas à opposer les systèmes mais à les faire travailler en complémentarité".

Entrepreneur social installé aux Philippines, Fabien Courteille est intervenu lors de l'Agrifood. S'il conçoit lui l'opposition des modèles en vigueur en France, il affirme aussi que "si on veut changer notre alimentation, il va falloir emmener tout le monde. Si on exclut par principe Carrefour par exemple, c'est tout une partie de la distribution qu'on ne changera pas selon les idées des opposants."
 
Si les discours sont parfois semblables des deux côtés, les principes sont eux, complètement opposés. / © Simon Auffret
Si les discours sont parfois semblables des deux côtés, les principes sont eux, complètement opposés. / © Simon Auffret

Juste devant le forum Agrifood, la Confédération Paysanne avait installé banderoles et stand de dégustation pour tenter de démonter l'opération de "grande séduction" de l'événement initié par Xavier Beulin, ancien président de la FNSEA. Comprenez que si les ambitions affichées sont les mêmes - respect de l'environnement et des producteurs, alimentation saine et plutôt locale - les moyens pour y parvenir sont absolument opposées.

"Le programme est rempli du mot valeur, mais qu'est ce qu'il y a derrière ?" demande au micro Gilles Menou, représentant du syndicat. "Cette idée de voir l'agriculture comme source de profit d'abord, on ne peut pas la comprendre", glisse un autre participant.

"Certains agriculteurs affirment ne pas pouvoir se passer de produits phytosanitaires aujourd'hui. Nous promouvons une transformation des systèmes agricoles pour pouvoir s'en passer", explique Jean-Marie Vecten, représentant de la "Conf'" dans le Loiret. "On dit que pour pouvoir survivre, un agriculteur doit forcément aller acheter le voisin, et s'étendre. Mais c'est faux", explique l'éleveur laitier, non labellisé bio.

L'Open AgriFood se poursuit le 16 novembre, au Théâtre d'Orléans. Le programme est à retrouver ici.

Le co-président de l'open AgriFood Orléans, Emmanuel Vasseneix, était ce midi l'invité du 12|13 :
 

Le président de l'AgriFood invité du 12|13
Emmanuel Vasseneix, co-président de l'Open AgriFood, invité du 12|13 le 15 novembre. - France 3

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus