Orléans : naissance des “Pétroleuses” une association qui promeut les projets culturels féministes

Sculptures de Virginie Pechard / © MT pour F3CVDL
Sculptures de Virginie Pechard / © MT pour F3CVDL

L'association culturelle orléanaise,  DEFI organise un événement, vendredi 12 octobre : elle donne une carte blanche au collectif naissant, "Les Pétroleuses". Le 108 ouvre donc ses portes à cette association, qui a pour but de promouvoir les projets culturels féministes.

Par Mélanie Trachsler

Organiser une soirée irrévérencieuse à Orléans, elles en rêvaient. L’idée germe, il y a deux mois, et vlan, c'est parti ! On baptise le collectif, "les pétroleuses". C'est drôle, et ça parle tout de suite.
Au 108, soirée "Les pétroleuses" / © F3
Au 108, soirée "Les pétroleuses" / © F3

Elles sont une dizaine, parmi elles, Katy Menard, qui compte sur "le partage d'idées, sur les mises en réseaux pour faire progresser la lutte". Elle invite des jeunes femmes qui s’intéressent au féminisme, des actrices culturelles.

Vendredi 12 octobre au 108 la soirée, l'artiste orléanaise, Virginie Pechard montrera ses sculptures, avec par exemple, une sculpture osée. Elle s'appelle le Kombotoris, c'est un chapelet de clitoris connectés, Virginie explique que "quand tu passes ta main dessus, ça parle; des mots sortent, comme  "la grotte, le frifri, etc …ensuite, j'organiserai un atelier de moulage..." Vous l’aurez compris, le but est bien d’amener la connaissance du corps humain de façon ludique.


Parler de sujets qui fâchent

Outre les sculptures subversives, des performances et des lectures seront proposées. La question des inégalités entre les femmes et les hommes est un sujet tabou. Les études effectuées ces dernières années révèlent toujours des chiffres « alarmants ». Au 108, on pourra échanger sur ce thème : la place des femmes. Trop souvent, les femmes qui ne veulent pas d'enfant sont mal vues, oui, celles qui ne veulent pas et non pas ne peuvent pas avoir d'enfant.


"Ell-s" un premier livre


Parler entre hommes et femmes, de sujets qui fâchent tout en s'amusant, la soirée fera la place belle aux lectures. Aurélie Joubert, une écrivaine orléanaise, dédicacera son livre "Ell-s" qui sortira aux éditions de la petite barque. Un premier livre, des vidéos, du son aussi, bien sûr avec un blind test et des musiques variées et une play-list entre chaque animation qui diffusera des groupes punks qui ne parlent qu'aux plus anciennes comme Kochise.

La soirée se clôturera avec un set DJ. Les pétroleuses comptent bien continuer sur leur lancée, en organisant d'autres soirées pour débattre de problématiques comme les sexualités, des soirées, où là encore elles inviteront des garçons.

"Riots Grrls Chronique d'une révolution punk féministe", un livre de Manon Labry

« Revolution, Grrrl Style, Now ! » : c'est  l'un des cris de guerre du mouvement punk féministe Riot Grrrl (« Émeutière »), né au début des années 1990 dans l’État de Washington. A cette époque, des groupes comme Heavens to BetsyBikini Kill ou Bratmobile éclataient pour rendre "le punk plus féministe et le féminisme plus punk". Les Riot grrrls ont été bien davantage qu'un simple courant musical : appliquant les principes du Do-It Yourself ( Fais le toi-même), elles ont bâti une culture alternative.  Leur mot d'ordre : était  "oser devenir qui elles sont et résister à la mort psychique dans une société patriarcale et capitaliste".Dans son livre,  Manon Labry retrace l'histoire de cette révolution politique et culturelle. On retrouve des paroles de chansons d'époque, des témoignages, des extraits de fanzines...bref le reflet d'une génération. Manon Labry est docteure en civilisation nord-américaine, elle admire  ces femmes  vent debout contre « l’ogre corporate  » et la passivité de la génération X. L'écrivaine toulousaine  ouvrira la soirée Grrls au 108 et dédicacera son livre.

 

Sur le même sujet

Pascal Picq en entretien dans le cadre des “Rendez-vous de l'Histoire” de Blois

Les + Lus