• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Orléans : dans les secrets du tableau “Françoise de Rimini” du peintre Henri Decaisne

Le tableau "Françoise de Rimini" a été peint par Henri Decaisne en 1841 / © F3 / Musée des Beaux-Arts d'Orléans
Le tableau "Françoise de Rimini" a été peint par Henri Decaisne en 1841 / © F3 / Musée des Beaux-Arts d'Orléans

Le musée des Beaux-Arts d'Orléans possède une des œuvres du peintre Henri Decaisne. En 1841, il peignait le tableau "Françoise de Rimini". Olivia Voisin, la conservatrice du musée orléanais, nous raconte l'histoire de cette œuvre inspirée de la Divine Comédie de Dante.

Par Nicolas Ricoud

Dans la série "Il était... une œuvre" proposée par Benoît Bruère, Olivia Voisin, conservatrice du musée des Beaux-Arts d'Orléans, répond aux questions de Manon, 7 ans.
 


Le tableau, peint en 1841, a été exposé au Salon des artistes de 1847 mais n'avait pas trouvé preneur. Le musée orléanais l'a acheté lors d'une vente aux enchères en 2016 pout 12 500 euros.

Henri Descaisne est un peintre belge de l'école romantique du 19e siècle.
Il s'est inspiré du thème de l'amour interdit. Francesca, représentée sur le tableau et qui n'ose regarder l'homme à ses côtés, est mariée au frère de celui-ci.

Paolo et Francesca sont tombés amoureux au moment où ils lisaient le livre "Lancelot". Un ouvrage du Moyen-âge qui raconte une histoire d'amour.

Le mari n'est pas bien loin. Il va bientôt arriver de derrière le rideau. Mais pour cette œuvre qui représente le célèbre couple adultérin de la Divine Comédie de Dante, Henri Decaisne a préféré se concentrer sur le baiser et ne pas faire apparaitre le mari en question.
 

Le souci du détail pour les peintres romantiques

Si Francesca porte une robe longue, c'est parce qu'au Moyen-âge, les femmes n'avaient pas le droit de porter de pantalon.

L'artiste étant un peintre romantique, il souhaitait être exact. Les peintres romantiques aimaient être au plus près de la réalité. Avant de faire ce tableau, il s'était renseigné pour connaître le type de tissu et de robes que portaient les princesses au 13e siècle. La femme sur le tableau porte un tissu damassé. Une étoffe de soir aux motifs tissés et non brodés.
 

 

Un tableau à la fin tragique

La fin de l'histoire est très triste : le mari sera tellement fâché qu'il sortira son épée et les tuera tous les deux, son épouse et son frère.

 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'accordéoniste de Pierre Perret vous joue une chanson

Les + Lus