Paris 2024 : l'escrimeuse Cécilia Berder victime de cyberharcèlement après sa prise de position contre le RN

Plus sur le thème :

La sabreuse du cercle d'escrime orléanais, Cécilia Berder, témoigne de la campagne de haine en ligne dont elle est victime depuis qu'elle a fait part de son inquiétude face à la montée de l'extrême droite en France.

Elle a été l'une des premières sportives à prendre position contre le Rassemblement national après l'annonce de la dissolution par Emmanuel Macron. " Un premier ministre d'extrême droite pour la cérémonie des JO ? Cela me glace le sang", a déclaré la sabreuse du cercle d'escrime orléanais le 12 juin dernier au micro de France Bleu Orléans.

L'ancienne vice-championne d'Europe en individuel est soutenue par un autre escrimeur, Bolodé Apithy, lui aussi licencié au Cercle d'escrime orléanais : "Quand t'as fait un peu d'histoire, tu sais d'où ça vient l'extrême droite, tu sais comment ça se termine", s'inquiète-t-il.

"On te dit de rentrer chez toi, que tu ne mérites pas de faire les jeux"

Cette semaine, la sabreuse sélectionnée pour les Jeux olympiques et en pleins championnats d'Europe, a affirmé être victime d'une vague de cyberharcèlement après cette prise de position. "Quand on te dit de rentrer chez toi, que tu ne mérites pas de faire les jeux, qu'on demande que tu sois désaccréditée… C’est un peu dur", a-t-elle déclaré en marge de la compétition au micro de Radio France, affirmant désormais ressentir un sentiment "d'indifférence" envers les auteurs de ces commentaires haineux.

Cécilia Berder confirme même sa position, et martèle : " Je ne regrette rien du tout, je continue à dire la même chose. C'est vrai que ça me glacerait le sang de voir un ministre d'extrême droite lancer les Jeux parce que pour moi, c'est la fête. Et l'extrême droite ce n'est pas la fête."

Depuis sa déclaration, plusieurs sportifs ont suivi le mouvement et pris position contre le Rassemblement national. Parmi eux, le capitaine de l'équipe de France de football Kylian MBappé et plus récemment son homologue de l'équipe de France de Rugby Antoine Dupont.

De nombreux athlètes ont également signé une tribune dans le journal l'Equipe. Parmi les 227 signataires, de grands noms du tennis français comme Marion Bartolli, Jo-Wilfried Tsonga, Yannick Noha, mais aussi Brahim Asloum (Boxe), Marie-José Perrec (athlétisme) et la présidente blésoise du comité paralympique, Marie-Amélie le Fur.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité