• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Polémique Olivier Carré : le maire d'Orléans répond aux accusations du Canard Enchaîné sur ses dépenses

© France 3/C.E
© France 3/C.E

Accusé par le Canard Enchaîné d'avoir financé des voyages privés et des nuits en hôtel de luxe avec l'argent public, le maire d'Orléans Olivier Carré a répondu à la polémique lors d'une conférence de presse donnée le 12 juin.

Par France 3 Centre-Val de Loire

Le maire d'Orléans, Olivier Carré, passe à l'offensive et réagit à l'article du Canard Enchaîné paru ce mercredi 12 juin. Il a décidé de convoquer la presse ce mercredi après-midi. A l'hôtel de Ville, devant un parterre de journalistes, Olivier Carré reprend et démonte point par point l'article et les accusations avancées par le journaliste du Canard Enchaîné, factures à l'appui. Il précise également que l'auteur de l'article a eu accès aux factures. 

Ça intéresse plus que les comptes administratifs, commence Olivier Carré. Il y avait deux personnes pour s’intéresser à l’ensemble des contribuables orléanais. La y’a du monde, ironise-t-il

De son côté, une source proche de l'enquête s'étonne que l'ensemble des éléments du dossier n'ait pas été produit devant les journalistes et que le maire ne fasse pas jouer son droit de réponse.


Article du C.E : "Achat d'une voiture de fonction à 46.000 euros"

Réponse d'Olivier Carré : " Les informations ont très vite été relayées, sans qu'il y ait eut de vérifications auprès de nous. D'abord, sur le premier point, la voiture coûte 38.093 euros et non 46.000. Elle devait être renouvelée et a été achetée en 2017 et non à ma prise de fonction."
© F3CVDL
© F3CVDL


Article du C.E : "Promotion de Joëlle Goepfert au poste de numéro 2 des services administratifs de la ville..."

Réponse d'Olivier Carré : "Concernant madame Joëlle Goepfert, elle est passée d’attachée de presse à directrice générale adjointe en charge de l’attractivité. Un poste qui était vacant. Elle n’est pas numéro 2, mais numéro 4 et son salaire n’a pas bougé. Elle est donc 4e ou 3e en terme de rémunération."


Article du C.E : "le maire et sa collaboratrice descendent au Marché International Professionnel de l'Immobilier à Cannes..."

Réponse d'Olivier Carré : "Sur le déplacement au MIPIM de Cannes, il a coûté 1003 euros précisément. Je n'ai pas de facture du Majestic, mais plutôt du Mariott de Nice où j’ai dormi et j'ai loué une belle voiture : une Fiat 500. La marque Fiat est contente d’être considérée comme une voiture de luxe..."


Article C.E : "Jumelage avec la Nouvelle Orléans (...), le maire (...) s'envole pour Las Vegas..."

Réponse d'Olivier Carré : "Je ne m'étais pas rendu au Salon du numérique à Las Vegas les fois précédentes, mais étant à la Nouvelle Orléans, j'ai choisi d’y passer trois nuits et non six."


Article C.E : "Le maire et sa compagne vont ensuite s'envoler pour Lisbonne"

Réponse d'Olivier Carré : "Pour le voyage au Portugal, il a coûté 724,59 euros tout compris. Les voyages à l’étranger ont coûté environ 18.000 euros sur quatre ans de mandat."


Article C.E : "Il séjourne deux ou trois fois par mois à Paris (...)"

Réponse d'Olivier Carré : " Quant aux nuitées dans les hôtels parisiens, la moyenne est de 319,59 euros. La raison pour laquelle j'ai dormi à l'hôtel à Paris, est, qu'à l'époque, mon prédécesseur et moi étions députés-maires et les frais étaient donc à la charge de l'Assemblée nationale. Lorsque je vais à Paris, je ne fais pas l'aller-retour à minuit et ça se passe assez peu de fois par an. J'y vais d'ailleurs dans le cadre de mes missions. Les dépenses du cabinet sont à moins de 20,7%. Elles incluent les dépenses de maires, d’autres élus et d'autres services." 


Olivier Carré évoque "la rumeur d'Orléans"

Quand on a les chiffres et qu’il n’y a pas de scoop, que ça fait "pchittt", on n’écrit pas d’article.



"J’ai compris qu’aujourd’hui c’était la journée un peu mémorielle de la "rumeur d'Orléans". Comment quelqu’un (le journaliste du Canard Enchaîné) qui a tous les éléments à pu inventer des histoires ? D’où viennent les rumeurs ? Certainement de quelqu’un qui a l’intention de me nuire et ne se soucie pas des Orléanais. La moindre des choses, quand on a les chiffres et qu’il n’y a pas de scoop, que ça fait "pschit", on n’écrit pas d’article, il me semble. Trois journalistes de Mediapart, du Canard Enchaîné et un blogueur ont demandé des infos à la mairie sur ce dossier. Elles leur ont été envoyées par courrier."


Olivier Carré n’envisage pas de droit de réponse, mais un communiqué de presse

Tout ça fait pschitt et je sais bien qu’on est en campagne électorale

"Il y a deux choses ne sont pas agréables dans cette histoire : vis-à-vis de l’opinion publique, ça fait passer le maire d’Orléans pour ce qu’il n’est pas. Tout ce dont on m’accuse n’existe pas. La deuxième chose est que j'entends parler de ces rumeurs depuis plusieurs mois et là au moins, c'est mis sur la table. On peut en parler. Pour celui ou celle qui a fait circuler ces rumeurs ça ... ça n'est pas fin fin". 

Olivier Carré laisse ensuite entendre qu’un élu pourrait être "la taupe". 
 

Le concubinage avec la directrice générale administrative est-il un conflit d’intérêts ?

"Á partir du moment où elle entre dans le cadre de ses missions, ça se fait. Nous divorçons chacun de notre côté et faisons notre vie ensemble c'est vrai. 
L’article sous entend qu’une femme ne peut pas réussir autrement qu'en couchant avec son patron. C’est profondément scandaleux et blessant surtout pour la personne." Puis Olivier Carré souligne le travail professionnel de Joëlle Goepfert. Ce n’est pas moi qui l’ai embauchée. Elle l'a été par Charles Eric Lemaignan en 2001.
 

Olivier Carré reste candidat à sa succession

"Je ne vois pas en quoi ces éléments infondés pourraient m’empêcher de poursuivre mes ambitions pour la ville et la métropole aujourd’hui et demain.
Je ne vois pas pourquoi aussi cette histoire va remettre en cause le soutien d'Emmanuel Macron et de l’Élysée."
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Indre-et-Loire : un Rabelais de poche aux enchères le 16 juin

Les + Lus