Une première étape pour la renaissance du site Quelle en friche à Saran

Depuis dix ans, la municipalité cherchait une solution pour réhabiliter l'immense friche du site Quelle, à Saran. Avec le début de l'enquête publique ce 17 novembre, un nouveau projet immobilier commencer à prendre forme.

L'entreprise Quelle à Saran
L'entreprise Quelle à Saran © Pierre-Dominique Lepais - France 3 CVDL
Depuis sa fermeture définitive en octobre 2011, l'entreprise Quelle, son bâtiment de 50 000 mètres carrés et ses 7 hectares de terrain sont restés en friche. Après de longues recherches et plusieurs projets avortés, dont celui de créer un "Hollywood orléanais" porté par l'ancien président de la Métropole, Olivier Carré, la renaissance de Quelle est désormais bien engagée. Le promoteur immobiliser Réalités s'est en effet engagé à rénover le site, et l'enquête publique permettant l'ouverture du projet a débuté ce 17 novembre.
 

Du rêve à "Réalités"

Au programme, un budget de près de 100 millions d'euros pour réhabiliter le site, avec à la clé l'installation de 370 logements, d'une résidence pour seniors créée dans les anciens ateliers de conditionnement, de locaux commerciaux, artisanaux et de bureaux où travailleraient 350 personnes et de deux parcs ainsi qu'un parking. La première étape a été franchie en 2019 avec la signature du rachat du site à la Métropole pour 10 millions d'euros.

"Ce site en déshérence ne demandait qu'à évoluer" estime Maryvonne Hautin, la maire de Saran, qui hésite encore à se dire soulagée. "Cela fait deux mandats qu'on cherche une solution", plaisante-t-elle, "le projet sera peut-être terminé quand j'arriverai au bout du troisième !"

Cette rénovation, la mairie l'appelait de ses voeux. Mais pas à n'importe quelles conditions : l'élue comptait bien conserver le "Paquebot", ce vaste bâtiment principal qu'il aurait été coûteux de raser, et accueillir sur le site "un lieu de vie, et pas seulement des bâtiments entassés les uns derrière les autres". Dans le prolongement de ce projet, la maire de Saran a appelé à une refonte de la départementale D2020, axe routier nord-sud majeur de l'agglomération, pour en faire un "boulevard urbain" adapté aux piétons et aux cyclistes.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie politique