Solidarité : un "Everest de marches" contre le cancer de l’enfant à Orléans

Spécialiste de la course d’escaliers, l’Orléanais Joris Jacquard effectue ce lundi 30 novembre 2530 allers-retours dans un escalier de 21 marches pour soutenir la lutte contre le cancer de l’enfant.
 
L'athlète orléanais Joris Jacquard en plein effort.
L'athlète orléanais Joris Jacquard en plein effort. © Frank Jeurissen Photography
8h17 ce lundi 30 novembre 2020, l'athlète orléanais Joris Jacquard a lancé son chronomètre. Il est parti pour réaliser 2530 allers-retours dans un escalier de 21 marches situé dans sa salle de sport à Orléans sud. L’objectif : atteindre la hauteur du mont Everest – soit 8848 mètres de dénivelé positif – en moins de 10 heures.

Spécialiste des courses d'escaliers 

En dehors du défi sportif, cette course de fond est surtout l’occasion pour Joris Jacquard d’effectuer de "beaux efforts pour une belle cause."

Coureur à pied amateur depuis 2016, l’athlète de 30 ans se lance en 2019 dans une discipline peu connue : le marathon d’escaliers. Une discipline qui l’a notamment menée en Pologne, aux Pays-Bas et même à Chicago. Durant le premier confinement, Joris Jacquard gravit à trois reprises des « Everest de marches » à Olivet, Blois et au belvédère des Caillettes pour soutenir les soignants.

2 500 enfants touchés par le cancer en France

Mais aujourd’hui, c’est pour soutenir la fondation Gustave Roussy que l’Orléanais grimpe ces 106 260 marches.

En 2017, à la suite du décès prématuré de leur enfant Noé, Frédéric et Magali Lemos lancent la campagne « Guérir le cancer de l’enfant au 21e siècle » pour financer la recherche en oncologie pédiatrique.

En septembre 2019, lors d’une course d’escaliers dans la tour Montparnasse à Paris, Joris Jacquard propose alors à la famille de porter le visage de leur garçon sur son maillot et de devenir un des ambassadeurs de la fondation. "C’est une maladie qui touche de nombreux enfants chaque année en France [2 500]. Pour 20% d’entre eux, il n’existe aucun traitement. C’est pour ça que je me bats, pour soutenir la recherche", témoigne-t-il.

La fondation a ainsi créé une cagnotte en ligne permettant aux internautes de soutenir l’athlète dans son nouvel « Everest » en faisant un don.
 
Aussitôt la course terminée, Joris Jacquard se lancera corps et âme dans le « Projet Noé 2021 » : "faire un Everest dans toutes les régions de France." Avant de gravir un jour le plus haut sommet du monde "pour de vrai."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire sport course à pied cancer santé société