Jardins remarquables, châteaux de la Loire, beaux villages : suivez la route de la rose pour vos vacances d'été

Publié le
Écrit par Cécile Mette .

Qu'est-ce que l'on pourrait visiter cet été ? En famille, entre amis, en couple ou même seul voici des idées de sorties pour vos vacances 100% Loiret. Nous vous proposons une opération spéciale sur les routes touristiques de notre région Centre-Val de Loire. Aujourd'hui, direction "La route de la Rose" inaugurée en 2017.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

D'Orléans à Montargis en passant par Gien, La route de la Rose est mise en place par "Tourisme Loiret". Comme son nom l'indique, la rose est à l'honneur ! En effet, sur ce circuit on retrouve toutes sortes de lieux : jardins remarquables, châteaux, villes et villages fleuris mais aussi des pépiniéristes spécialistes de la rose.

Découvrez notre circuit :

1. Le jardin personnel de M. Ève à Pithiviers

Depuis que je suis arrivée dans le Loiret j'entends régulièrement parler d'André Ève. Célèbre rosiériste, la première étape me parait évidente : se rendre chez lui. Avec ma collègue, nous prenons la route direction le 28 Faubourg d'Orléans à Pithiviers.

À l'arrivée sur place le GPS nous arrête dans une rue passante devant des façades de maisons vieillissantes. Pas de pancarte, pas de porte ouverte... Il faut être attentif, c'est une ruelle protégée par une porte entre deux maisons qui renferme le jardin enchanté. Nous sonnons et Madame Ève, sa veuve, nous ouvre en personne. Nous la suivons. Au bout de la ruelle nous faisons face à un terrain de 1500m2 entièrement fleuri. Whouaaaa. Jamais nous n'aurions imaginé trouver ça derrière cette petite porte. Des roses, des pergolas, des vivaces, des papillons, des abeilles, on ne sait plus où donner de la tête.

Une classe d'enfants est en train de faire des expériences avec des vers de terre. Ils ont aussi des roses à retrouver dans le jardin grâce à des photos. Un jeu de piste grandeur nature.

Pour ne pas déranger nous nous faisons petites et avec le prospectus, nous partons à la découverte du jardin. Jardin qu'André entretenait seul. On retrouve la collection de variétés de roses anciennes et nouvelles qu'il chérissait tant. La variété "Sylvie Vartan" (je parle bien de la rose), nous fait face. C'est la toute première création d'André. La voici :

Ouvert entre le 11/05/2022 et le 24/07/2022 puis du 07/09/2022 au 16/10/2022, n'hésitez pas à venir profiter, même le weekend, d'une parenthèse enchantée dans ce jardin chargé d'histoire (à partir de 6,50€).

André Ève : un amoureux des roses et du jardin

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Monsieur Ève, pas de panique voici sa petite histoire :

Son amour pour le jardin démarre très tôt, lors de ses 15 ans en 1946. Il décide alors de se former à l'école d'horticulture de Versailles. Il pratique le paysagisme et s'oriente vers le commerce horticole chez Vilmorin.

C'est alors que Marcel Robichon entre dans sa vie. Créateur de roses à Pithiviers, ils vont travailler ensemble et partager leurs connaissances. Ainsi André prend goût à la création de Rose. C'est en 1969 que sa première création voit le jour :"Sylvie Vartan". Elle connaît un immense succès (la chanteuse aussi mais je parle bien de la rose). S'en suit alors d'autres variétés : Red Parfum, Prestige de Bellegarde, Coraline...

Au début des années 80 il vend son entreprise et décide de ne plus se consacrer qu'aux roses anciennes. N'ayant pas bougé de Pithiviers, c'est dans son jardin personnel qu'il les cultive. Avec le temps, son nom est associé au milieu de la rose et est reconnu pour ses créations et sa collection de roses anciennes. Il fonde une entreprise toujours active aujourd'hui : Le jardin André Ève®.

Après son décès en 2015, la société se développe et déménage à Morailles. En 2016 un nouveau site ouvre à Chilleurs-aux-Bois près du château de Chamerolles : Les Roses Anciennes André Ève.

2. Les Roses Anciennes André Ève

Seconde étape de notre journée : le jardin des roses anciennes d'André Ève à Chilleurs-aux-Bois.

Situé à 40 minutes d'Orléans, c'est après avoir longé le château de Chamerolles que nous arrivons au parking du jardin. D'extérieur nous sommes face à une grande bâtisse faite de bois et de baies vitrées. On aperçoit un jardin derrière les vitres. Mais c'est d'abord dans la boutique que nous entrons. Mis bien en évidence, le catalogue des roses André Ève nous saute aux yeux immédiatement.

Servane, responsable communication des lieux, nous reçoit. Elle nous explique que l'on peut venir acheter à l'année des roses dans leur pépinière. Je trouve ça étonnant, pourquoi venir voir un point de vente ? Elle me répond simplement que, comme tout magasin, il possède une vitrine. Et ce qu'elle me dit prend tout son sens quand nous arrivons dans le jardin. Les couleurs et les senteurs m'enveloppent en un instant : "bienvenue dans un jardin André Ève" me dit-elle.

Mais qu'est-ce que c'est ?

"On pourrait définir un jardin Andre Ève par plusieurs caractéristiques. Tout d'abord il est obligatoire d'avoir une profusion de fleurs et de roses... Mais pas que. En effet on retrouve pas mal de vivaces : géraniums, iris... L'objectif est d'avoir de la couleur toute l'année. Ce sont aussi des massifs très dessinés, graphiques avec bordures. On y trouve également des arbres comme les bouleaux sur les bords des allées et les pergolas avec les rosiers grimpants."

En flânant dans le jardins nous tombons sur différentes variétés toutes plus colorées les unes que les autres. Sur les pergolas se trouve le rosier "Red parfum", l'un des premiers rosiers créé par André en 1972. "C'est mon rosier grimpant préféré" me dit Servane. Il est d'un rouge très puissant avec une odeur enivrante. Fleurissant plusieurs fois dans l'année, on peut venir l'observer d'avril à septembre. Le mieux étant de venir fin mai/début juin pour voir un maximum de fleurs.

Un peu plus loin elle me présente "Concours Lépine, un rosier coloré : jaune au cœur et rose à l'extérieur. Subtilité oblige, plus la floraison avance plus la couleur évolue. Le jaune disparaît et la fleur devient entièrement rose.

Tous les ans de nouvelles variétés sont ajoutées au catalogue. En effet la création de roses ne cesse jamais. C'est Jérôme Rateau, le gérant de l'entreprise qui en est en charge.

Saviez-vous qu'il fallait entre 8 à 10 ans pour créer une variété ? Un métier de passion mais aussi de patience... Jérôme et son équipe plantent 30 000 graines à l'année dans leurs serres. Seules 5 variétés sortent par an ! Le concurrence est rude. C'est en effet celles qui résistent le mieux aux maladies qui l'emportent. C'est le cas d'"Azay-le-Rideau" une nouveauté de 2020 : Un rosier d'un blanc éclatant primé lors de concours.

3. La Javelière, un jardin plein de surprises

Situé à 15 minutes de Chilleurs-aux-Bois direction Montbarrois puis la Javelière, à la sortie du village, entre les champs, se dresse une grande demeure. Pas de portail, seuls les panneaux "La route de la rose" et "jardins remarquables" trônent sur un mur.

Bienvenue à la Javelière ! Savez-vous ce que cela veut dire ? On mettait le blé en javelle, les épis séchés verticalement et les sarments de vignes aussi. L'objectif étant d'avoir un combustible. Le javelier ou la javelière était le paysan qui faisait ce travail.

Au loin nous retrouvons Patrick Masure propriétaire des lieux depuis 1992. Avec sa femme ils ont aménagé cet espace.

Tous les grands arbres étaient là mais j'ai dessiné tout le reste seul, par et avec passion. En terme d'occupation de l'espace j'ai terminé mon travail. Aujourd'hui je corrige les choses qui ne sont pas parfaites.

nous explique Patrick Masure

En 30 ans le couple a visité plus de 500 jardins dans le monde entier. Des lieux qui les ont inspirés et que vous retrouverez en vous baladant dans les 4 hectares du parc paysager à l’anglaise.

En passant la porte d'entrée une statue nous fait face. Surplombant un bassin rectangulaire, Patrick a une anecdote à son propos :

"Cette statue est réalisée par une sculptrice italienne qui a vécu dans les années 1915. Cette dame avait reçu la commande d'un gros industriel allemand qui voulait orner son jardin de la "boscaïa" - la fille des bois -. Elle en a fait 2 exemplaires. Une pour elle et une pour lui. Après l'avoir achetée des années plus tard à Paris, les descendants de la sculptrice tombent sur une photo de mon jardin dans un magazine et me contactent en me disant que dans le salon de leur grand-père il y a la même statue. Ils sont venus ici faire une photo."

Digression mise à part, ce jardin offre un décor haut en couleur avec plus de 650 variétés de rosiers. Dont une rose créée par les roses anciennes d'André Ève portant le nom du domaine. "Le feuillage est simple sans tâche !" me dit-il.

Depuis les extérieurs le jardin semble simple et calme, pour éviter les incohérences avec la maison classique du 18ème. Mais lorsque l'on commence à s'aventurer, les écrans de verdures révèlent des styles très différents. On passe de l'Italie au Japon et autres atmosphères sans voir le temps passer.

En dehors des rosiers, d'autres végétaux rares sont à découvrir : iris du japon, érables...

La visite est libre ou accompagnée à partir de 15 personnes, ouvert du 01/07/2022 au 15/08/2022 et du 01/09/2022 au 30/09/2022 les après-midis (à partir de 8€).

4. Yèvre-le-châtel, un des plus beaux villages français

Quatrième étape : la commune de Yèvre-le-Châtel. C'est en compagnie de Monsieur Di Stefano Alain, maire délégué de la ville et Président des Plus beaux Villages de France que nous allons visiter. Arrivé il y a 30 ans pour acheter une maison secondaire pas trop loin de Paris, il est tombé amoureux de l'endroit.

Le rendez-vous est fixé au château fort. Carrés botaniques à la mode médiévale, murs fortifiés, nous empruntons l'escalier menant au sommet. Une fois là-haut, la vue nous offre un panorama dégagé jusqu'à 20 kilomètres à la ronde.

Ce point est le dernier éperon rocheux avant la plaine de Beauce. On est aux confins de trois régions naturelles : le Gâtinais, la Beauce et la forêt d'Orléans.

Alain di Stefano

La suite de la visite se fait dans les venelles le long des ruines. 100 000 visiteurs annuels marchent dans ces ruelles fleuries. Une dizaine d'habitants fleurissent eux-mêmes. Les 4 kilomètres de bas côtés restants sont entretenus par des bénévoles : Les Compagnons de la Châtellenie. Leur objectif est de végétaliser aux pieds des façades en faisant en sorte que cela paraisse quasi spontané. Roses trémières, rosiers grimpants ou buissons, ce sont près de 500 variétés qui ont permis d'obtenir le label 4 fleurs.

Pour compléter la visite, un parcours regroupant 15 œuvres contemporaines d'artistes divers exposées dans la ville.

Tout cela définit les trois piliers de Yèvre-le-Châtel : le patrimoine, la végétalisation et l'art contemporain.

En terme de patrimoine on retrouve aussi deux églises. C'est à la sortie de la ville qu'il nous emmène voir l'église Saint-Lubin. Elle date du 13eme siècle. Aujourd'hui les murs sont encore debout mais la toiture laisse place au ciel. Les vestiges romantiques de cette église firent l’admiration, au XIXe siècle, de Victor Hugo.

Et je ne vous dis pas tout afin de ne pas gâcher la surprise, mais pour ceux qui aiment randonner, les balades le long de la Rimarde sont conseillées.

  • La roseraie, un hommage à Marcel Robichon

Lorsque "La route de la Rose" a été labélisée à Yèvre-le-Châtel, Alain (notre guide) et sa femme ont eu l'idée d'amener une démarche plus intellectuelle. Une roseraie consacrée à Marcel Robichon. est alors en cours de création. (à enlever)(Si vous avez bien lu tout l'histoire d'André Ève vous savez qui c'est...) et à sa dernière création : "Guirlande Fleurie". Sur une longueur de 100 mètres, le sol mêle, par ordre chronologique, ses créations. Une vingtaine de rosiers buissons et rosiers grimpants sont exposés. Le premier étant "Sunshine" datant de 1927.

La route de la Rose, 15 sites à visiter au total

Nous avons réussi à visiter ces 4 sites en une journée mais il en existe onze autres.

Les sites classés "d'excellence" :

Les sites classés comme "à ne pas manquer" :

La suite des circuits touristique se poursuit, dans deux semaines direction la route des plus beaux villages de France de l'Indre-et-Loire.

Bonnes vacances dans notre région Centre-Val de Loire !

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité