• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Réchauffement climatique en Val de Loire: quelles plantes sont les plus adaptées ?

Réchauffement climatique : résistants au gel (jusqu'à - 20°) et peu gourmands en eau, les agaves font leur apparition dans nos jardins. / © F3
Réchauffement climatique : résistants au gel (jusqu'à - 20°) et peu gourmands en eau, les agaves font leur apparition dans nos jardins. / © F3

Le mois de novembre, c'est la période idéale pour planter des arbres. Avec le réchauffement climatique, les pépiniéristes ont dû adapter leur offre. Nous sommes allés les rencontrer à  la traditionnelle foire aux arbres de Sandillon (Loiret). 

Par Christine Launay


Les arbustes persistants ont la cote

2 novembre 2018. Les premiers frimats se font ressentir sur la Foire aux arbres de Sandillon (Loiret). Il fait à peine 5°. Des températures de saison. Elles auront triplé en milieu de journée. Peut-on encore douter du réchauffement climatique ? Marc et sa femme, eux, ne tergiversent plus. Ils optent ce matin-là pour un arbouzier. Une essence méditerranéenne qui ne réclame pas beaucoup d’eau et tient très bien le gel. Car dans leur jardin, avec les épisodes de sécheresse récurrents, certains arbres commencent à disparaître.  « Nous avons de moins en moins de bouleaux et plus de châtaigniers et de genêts » constatent-ils. 

Les pépiniéristes ont su adapter leur offre aux nouvelles contraintes climatiques. Jackie Ravouzé est paysagiste à Saint-Jean-le-Blanc dans le Loiret. Il propose depuis plusieurs années toute une gamme d’arbustes persistants de la famille des Ligustrum (Texadum, japonicum) qui résistent à la sécheresse.


Les plantes exotiques font leur apparition au nord de la Loire

La foire aux arbres de Sandillon de novembre est encore très courue pour ses arbres fruitiers. Et là aussi la hausse des températures a vu l’apparition de la culture de nouvelles espèces au nord de la Loire. « Maintenant qu’il fait plus chaud, on peut se permettre d’avoir des figuiers ou des kiwis, on sait que ça va bien pousser » nous lance Claudine, une jeune et fringante quinquagénaire. Pépiniériste en Belgique, Robby Lathouwers nous confirme : « La demande est de plus en plus forte pour les oliviers, les citronniers, les kakis ».

Les plantes exotiques sont des essences très adaptées à la période de transition climatique. Alain Naud pépiniériste en Maine-et-Loire en a fait sa spécialité. « Les agaves sont arrivées sur le marché il y a 5-6 ans. Elles viennent de la cordillère des Andes, à 4 000 mètres d’altitude. Où les températures oscillent entre – 20° l'hiver et + 50°  l'été» nous précise l'intarissable Alain.

Plantes exotiques ou classiques, elles ont en commun de demander un arrosage régulier la première année de leur plantation. Alors, l’été prochain,  pensez à stocker l’eau …. au cas où la pluie de viendrait pas. 

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Saran : le centre pénitentiaire ouvert à nouveau

Les + Lus