Rentrée scolaire : les meilleurs mots d'excuse très drôles des parents recueillis par un ancien professeur

Patrice Romain a été instituteur, avant de devenir le principal d'un collège de Saint-Jean-de-Braye. Après deux premiers recueils de mots d'excuse de parents pour leurs enfants, il en fait paraître ce jeudi 25 août un troisième volume.

"Veuillez excuser le retard à Théo. Il est allé manger chez sa mamie et il a repris du gâteau, ce qui fait qu'il a raté son bus." Envoyer son enfant au collège peut être une épreuve pour les parents. Autant dans l'organisation que dans la nécessité d'admettre un fait : l'école et la maison sont deux contextes très différents pour un jeune.

C'est cette dichotomie que Patrice Romain raconte dans Mots d'excuse, les parents écrivent (toujours) aux enseignants, paru chez Le Cherche Midi ce 25 août. Le troisième volume d'une série de courts livres, sortes de perles du bac adaptées aux messages envoyés aux profs par les parents. Depuis deux ans, l'auteur est un retraité de l'Éducation nationale, après avoir notamment occupé le poste de principal d'un collège de Saint-Jean-de-Braye, dans le Loiret.

"Eux ont des enfants et nous on a des élèves"

Dans la préface de son recueil, il affirme avoir "adoré la mauvaise foi absolue" de ces parents, souvent énervés. De la mauvaise foi de façade, car "les parents sont en réalité de bonne foi", explique Patrice Romain à France 3. "Le petiot a une attitude différente avec ses parents et au collège, eux ont des enfants et nous on a des élèves", détaille-t-il. Forcément, "certains nous disent "mon chéri est bien incapable de faire ça !" et c'est vrai, l'enfant en est incapable, mais pas l'élève". 

Avant tout écrit "pour faire rire", l'ouvrage n'a, selon son auteur, pas pour but "de se moquer ou de juger". L'ancien directeur se souvient, dans chaque mot désagréable, avoir cherché "le fond de vrai" :

Une fois que notre amour propre en a pris un coup, on essaie d'être intelligent et on cherche la raison de la colère. Il y a toujours une part de vérité, donc ça crée forcément une remise en cause, même si c'est pas facile.

Patrice Romain

Il se souvient d'un parent lui ayant conseillé d'aller "vendre des légumes si vous n'avez pas la patience de vous occuper d'enfants". Et il reconnaît avoir "compris ce que voulait dire le père, même si l'enfant était intenable". Il dit préférer un parent qui s'occupe de son enfant et s'implique autant, plutôt qu'un parent "qui lui dit de se débrouiller". "Il faut savoir dépasser la forme.

Dure réalité sociale

Même si c'est cette forme qui, aujourd'hui, constitue le cœur du recueil. Un travail de "noteur compulsif", explique-t-il, à partir de mots qu'il a reçus, ou que lui ont remontés ses collègues, son épouse (aussi prof) et les collègues de son épouse. 

Et si Patrice Romain se refuse à juger, c'est aussi parce qu'il "ne connaît jamais le contexte à la maison d'une mère qui écrit un mot en colère, sa situation avec son mari, les difficultés avec ses enfants". Au-delà du rire et de certains mots cocasses, le livre réserve d'ailleurs plusieurs passages assez crus, "qui reflètent la société et la vie dans un collège", assume l'ancien proviseur.

On peut ainsi retrouver l'histoire d'une collégienne allant au planning familial pour prouver qu'elle n'est pas enceinte, et ainsi faire taire des rumeurs à son sujet. Ou encore un enfants autorisé par sa mère à sortir plus tôt du collège pour échapper à son père. Les contextes plus précis ne sont pas décris par le livre, qui s'en tient aux mots, mais ces derniers laissent place à une interprétation assez tragique. D'autres mots évoquent du racisme entre élèves, de l'homophobie aussi, et du harcèlement scolaire banalisé, tout autant psychologique que physique. "Il fallait aussi parler de tous les problèmes qu'on rencontre dans un collège." Un livre finalement plus sérieux qu'une simple collection de perles. 

Des projets "nébuleux"

Depuis 2010, Patrice Romain est un auteur prolifique, entre son Journal de bord d'un directeur d'école, jusqu'à Collégiens casse-couilles en 2022. Parti à la retraite "non pas à cause des élèves et des parents, mais à cause de la hiérarchie de l'Éducation nationale", il continue de rassembler les mots que lui envoie son entourage, sans pour autant promettre une nouvelle compil. Il évoque "quelques projets encore nébuleux", mais rien de plus concret pour l'instant. 

Petit florilège parmi les centaines de mots recueillis dans le livre :

  • "Ma fille était en retard parce que son professeur était à l'heure (pour une fois !)"
  • "J'excuse en retard le retard de mon fils. C'est de famille !"
  • "Chiasse"
  • "Je refuse que vous refusiez de laisser Myriam sortir à 16h car c'est ma fille et pas la vôtre"
  • "Monsieur [nom du professeur], en congé maladie depuis une semaine, surpris à 15h au rayon vins et spiritueux d'Auchan !!! Bravo !!!"
  • Et un mot s'achevant par ce post scriptum : "Publication autorisée dans le prochain livre de monsieur Romain."
  • "Mon chéri est bien incapable de faire ça !" 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité