• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tentative d'attentat devant la cathédrale Notre-Dame : cinq femmes jihadistes dont une loirétaine renvoyées aux assises

Le 4 septembre 2016, une voiture piégée, chargée de six bonbonnes de gaz, avait été retrouvée abandonnée non loin de la cathédrale. / © DR
Le 4 septembre 2016, une voiture piégée, chargée de six bonbonnes de gaz, avait été retrouvée abandonnée non loin de la cathédrale. / © DR

Après la tentative d'attentat à la bonbonne de gaz, sur le parvis de Notre-Dame à Paris en septembre 2016, cinq femmes jihadistes vont êtres renvoyées devant les assises. 

Par Fabienne Marcel

L'attentat raté s'est produit le 4 septembre 2016. Ce jour-là, une voiture chargée de bonbonnes de gaz est découverte à Paris, près de Notre Dame. Quelques jours plus tard, une première suspecte est mise en examen et placée en détention provisoire. Il s'agit d'Ornella Gilligmann, une jeune femme de 29 ans à l'époque. Elle est interpellée le 6 septembre 2016.  Elle a été la première à parler et à être mise en examen dans l'affaire de la voiture piégée aux bonbonnes de gaz. Cette mère de trois enfants est une habitante de Chalette-sur-Loing dans le Loiret. 
Elle est arrêtée avec son compagnon sur une aire d'autoroute près d'Orange dans le Sud de la France. Les enquêteurs avaient retrouvé ses empreintes digitales et des traces de son ADN dans la Peugeot 607 laissée dans une rue à 300 mètres de Notre Dame de Paris. Son compagnon a été relâché par la suite. 


La première à passer aux aveux

Lors de sa garde à vue, Ornella Gilligmann est la première à être passée aux aveux. Elle était bien à bord de la voiture chargée de bonbonnes de gaz, en compagnie d'Inès Madani, l'une des trois femmes interpellées dans l'Essonne à Boussy Saint-Antoine le 8 septembre 2016. Selon ses déclarations, les deux complices ne sont pas parvenues à incendier le véhicule, puis elles se sont enfuies, pensant apercevoir un policier en civil. Ornella Gilligmann a reconnu devant les enquêteurs avoir voulu commettre un attentat terroriste à 300 mètres de Notre Dame de Paris, en projetant de faire exploser la voiture. Elle a été la première suspecte à être mise en examen pour "association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle" et "tentative d'assassinats en bande organisée". Ornella Gilligmann, 29 ans, est née à Dourdan dans l'Essonne et vivait à Chalette-sur-Loing dans le Loiret. Elle est mère de trois enfants et elle était sans emploi. Comme ses complices présumées, arrêtées à Boussy Saint-Antoine, elle était dans un processus de radicalisation, avec des intentions répétées de départs en Syrie et était fichée S.
 

Cinq djihadistes renvoyées aux assises

Des juges antiterroristes ont ordonné le renvoi aux assises du commando de cinq femmes djihadistes. Il s’agit du premier dossier à être renvoyé aux assises parmi la vague d’attentats et de tentatives d’attentats islamistes qui ont fait 246 morts en France depuis 2015.

A lire aussi

Sur le même sujet

Sécurité et effectif policier sur Tours

Les + Lus