Un neurologue du Centre hospitalier d'Orléans mis en examen pour agressions sexuelles

Publié le Mis à jour le
Écrit par Amélie Rigodanzo .

Le Parquet d'Orléans a ouvert une information judiciaire ce jeudi 7 juillet sur un neurologue exerçant au Centre hospitalier d'Orléans. Le médecin est mis en examen pour agression sexuelle sur plusieurs patientes.

Ce sont des patientes qui ont révélé les faits présumés. Le neurologue a été présenté au parquet et mis en examen ce jeudi 7 juillet.

Dans un communiqué de presse, la procureure de la République d'Orléans, Emmanuelle Bochenek-Puren, révèle qu'un médecin neurologue exerçant au Centre Hospitalier Régional d'Orléans (CHRO) vient d'être mis en examen pour agressions sexuelles par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction. Les faits ont été révélés "par plusieurs de ses patientes", détaille le parquet.

Une information judiciaire a été ouverte jeudi 7 juillet et le médecin mis en cause a été présenté au procureur de la République et mis en examen le jour-même pour des faits commis entre le début des années 2010 et aujourd'hui.

Le neurologue sous contrôle judiciaire

L'homme a été placé sous contrôle judiciaire mais n'a pas été interdit d'exercer. Il a, en revanche, l'interdiction de se livrer à son activité de neurologue "sans la présence d'une tierce personne", précise la procureure de la République. Il a également l'interdiction d'entrer en contact avec ses victimes et l'obligation de se soumettre à des soins psychologiques.

L'enquête se poursuit pour "établir la matérialité des faits" et identifier d'autres victimes potentielles. La procureure de République d'Orléans appelle dans son communiqué "toutes personnes ayant des éléments à fournir aux enquêteurs à contacter le commissariat de police d'Orléans".

Contacté par France 3 Centre-Val de Loire, le directeur général du CHR d'Orléans Olivier Boyer indique qu'il "apprend ce soir cette mise en examen" par les medias et ne souhaite pas faire de commentaires. Il précise simplement qu'il appliquera évidemment la décision de justice.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité