PORTRAIT. Première édition de la fête de la Radio : en Centre-Val de Loire, un passionné témoigne

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel lance la première fête de la radio, ce lundi, à l’occasion du centenaire de la naissance de ce média (11 Décembre 1921 à la Tour Eiffel) et du quarantième anniversaire de la création des radios libres. Elle durera toute la semaine.

Jacques Lane, conservateur du musée du lycée Jean Giraudoux (Chateauroux) et un micro.
Jacques Lane, conservateur du musée du lycée Jean Giraudoux (Chateauroux) et un micro. © France Télévisions

Toutes les radios, publiques ou privées ont prévu des programmes spéciaux pour marquer ce centenaire, et parler de cette aventure humaine et technique, loin de s’arrêter, puisque le "DAB +" arrive en France. Un système numérique de diffusion qui est le fer de lance de Radio France demain.

Comme les trains ou les automobiles, la radio a ses passionnés. Dans le Berry, Jacques Lasne, 72 ans, Professeur de Sciences Naturelles en retraite est l’un de ceux-ci.

Je suis né sous un poste de radio, un radiogène familial, et j’ai découvert les ondes courtes, lorsque j’étais professeur au Maroc, et là j’ai eu une passion continue pour la radio, j’en ai fait un peu, et j’ai créé des radios scolaires. 

Jacques Lasne

Le Berry c’est le pays de la radio

Peut-être l’ignoriez-vous comme moi, mais le Professeur Branly, l’un des inventeurs nombreux de la radio, était professeur de physique à Bourges. Des anecdotes comme celle-ci, Jacques Lasne en a des centaines à raconter.

Il est vrai que l’histoire du Berry et de la radio sont intimement mêlées. L’Indre est le pays de la radio explique-t-il. "Il y a plusieurs antennes en Berry. Bien sûr Rosnay pour les sous-marins, mais ce n’est pas une radio audible, il y a surtout Allouis, qui était l’émetteur de France Inter, ainsi que Saint-Aoustrille, non loin d’Issoudun, l’émetteur de Radio-France International".

Une installation spectaculaire d’ondes courtes, toujours en service, qui permet surtout aujourd’hui de porter la voix des diasporas aux quatre coins du monde. Ce site avait été choisi pour la qualité de propagation des ondes. Il reste dans ce lieu toute l’histoire des avancées technologiques en matière de radio diffusion, qu’un groupe de passionnés espère voir un jour transformé en musée ouvert au public.

Sur le bord de la route nationale 76, un des pylônes de 350 m de l'émetteur d'Allouis, Cher (18).
Sur le bord de la route nationale 76, un des pylônes de 350 m de l'émetteur d'Allouis, Cher (18). © Par Avialle — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Enfin jacques Lasne explique que le Berry a permis très tôt à la radio de se développer. "Dans notre région, l’émetteur important qui permettait d’écouter la radio en ondes moyennes, c’était Radio Limoges Centre-Ouest… dans la région, il y a eu Radio Tours qui était un décrochage de France Inter, mais c’est après 1981, que le nombre de radios explose dans la bande FM, en ce qui concerne les radios privées".

L’essor des radios libres

"On sortait du bocal. Auparavant la radio c’était un peu énigmatique. Mais avec l’arrivée des radios privées, beaucoup de bénévoles, de passionnés comme moi, ont pu s’installer derrière un micro et faire de la radio, comme ils pouvaient, moi, par exemple, j’ai collaboré à Radio Loches Contact et Graffic FM.

Beaucoup de radios associatives ou de catégorie B ont été phagocyté par les grands réseaux, à Loches et à Châteauroux, c’est aujourd’hui Alouette". Comme le précise Jacques Lasne, il reste des radios associatives et de proximité.

Il faut faire une demande auprès du CTR de Poitiers, le centre technique radiophonique, émanation du CSA qui accorde les autorisations. "Il n’y a plus de radios associatives qui se créent, mais beaucoup de radios temporaires pour des événements, bien sûr que c’est plus difficile qu’au début en 1981". affirme t’il.

La première fête de la radio

Sur toutes les antennes des radios publiques et privées, la première fête de la radio va faire l’objet de programmes spéciaux. Mais on y parlera aussi beaucoup de l’avenir de la radio, dont la technologie avance à grands pas, pour affronter la concurrence de demain.

"La radio, c’est un média de proximité qui avec le transistor, inventé en 1955, est sorti du gros poste installé dans la maison pour devenir mobile. N’oublions pas qu’il y a eu au cours de l’évolution  technologique, la modulation d’amplitude avec les grandes ondes, les petites ondes et les ondes courtes, ensuite la FM, et aujourd’hui nous entrons dans l’ère du DAB +, radio numérique comme la télévision l’est aujourd’hui, et je pense que la radio restera un média important" conclue-t-il.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
portrait culture region centre-val de loire événements sorties et loisirs histoire