REPLAY. Focus santé : faut-il vraiment prendre de la vitamine D ?

Diffusé du au Publié le
Écrit par Léo Arhab

L’hiver arrive, la grisaille, les jours qui rallongent, le temps est venu de faire le plein de vitamine ! Aujourd’hui on fait le point sur l’une d’entre elle : la vitamine D !

Dans Vous êtes formidables, des experts vous éclairent sur des sujets du quotidien. Aujourd’hui, c'est le Docteur Baptiste Jauneau qui nous parle de la vitamine D pour bien se préparer à aborder en pleine forme l'hiver qui approche. 

Le rôle de la vitamine D

On devrait d’ailleurs plutôt parler d’hormone que de vitamine de par son action dans divers métabolismes de l’organisme. Son rôle principal : la minéralisation osseuse. Pour cela elle intervient au niveau de plusieurs organes : elle facilite l’absorption du calcium au niveau de l’intestin, active sa réabsorption au niveau du rein, et elle permet la bonne fixation du calcium sur les os. Elle a donc un rôle très important durant l’enfance pour la croissance, puis tout au long de la vie pour garder notre squelette en bonne santé.

Elle joue également un rôle dans d’autres métabolismes de l’organisme : le bon fonctionnement des muscles, du système nerveux et même du système immunitaire.

Où la trouve-t-on ?

La vitamine D est synthétisée, produite directement par l’organisme. Par la peau pour être précis, grâce aux rayons UV du soleil. On considère que l’on synthétise les 2/3 de la vitamine D que l’on utilise, le 1/3 restant étant apporté par l’alimentation.

Dans quels aliments ? La célèbre huile de foie de morue, que l’on donnait dans le temps aux enfants pour la croissance et contre le rachitisme. Dans les poissons gras comme le saumon, la sardine, le hareng. Dans le jaune d’oeufs, les produits laitiers ou le beurre. Certains champignons comme les girolles, les cèpes ou les morilles. Enfin, beaucoup d’industriels de l’agro-alimentaire enrichissent certains produits comme les produits laitiers ou les huiles en vitamine D.

1 milliard de personnes seraient carencé dans le monde

Dans les pays occidentaux : plus de 40% de la population de plus de 50 ans et 80 % des personnes âgées présenteraient un déficit en vitamine D. L’apport de vitamine D par l’alimentation est - on l’a vu- loin d’être suffisante : les aliments riches en vitamine D sont peu nombreux, peu consommés, voir même parfois exclus par certains régimes alimentaires.

Et surtout, la synthèse par la peau de la vitamine D peut être très rapidement impactée par de nombreux paramètres :

  1. La latitude et la saison : Dans certaines régions, l’ensoleillement est insuffisant pour une bonne synthèse de la vitamine D. C’est encore plus le cas en automne et en hiver.
  2. L’âge : le vieillissement de la peau diminue et rend moins efficace la production de la vitamine D.
  3. La couleur de la peau : des peaux très pigmentées sont protégées des UV mais produisent aussi plus difficilement de la vitamine D.
  4. La sédentarité (moins d’exposition solaire), l’obésité, la pollution, les vêtements jouent également un rôle.

Dans l’absolu, nous pourrions tous prendre nos ampoules de vitamine D, notamment l’hiver pour se prémunir de la carence.

Dr Baptiste Jauneau

Dans les faits, les recommandations se concentrent sur certaines catégories de personnes, pour qui une carence en vitamine D pourrait avoir des conséquences graves ou générateur de maladie.

  1. Les enfants : Pour la croissance et la lutte contre le rachitisme, un apport en vitamine D est recommandé de 0 à 18 ans !
  2. Les personnes âgées : avec le vieillissement, les os se déminéralisent, deviennent poreux, plus fragiles. On parle d’ostéoporose avec un risque de fracture.
  3. Les femmes enceintes : pour le bon développement et la croissance du fœtus.
  4. Les femmes ménopausées : Les bouleversements hormonaux qui en découle impactent le métabolisme osseux et peuvent être source d’ostéoporose.

Une supplémentation peut également s’avérer intéressante, en dehors de ces catégories, si on cumule plusieurs facteurs de risque de carence en vitamine D.

Ainsi, si il ne l’a pas déjà fait, il ne faut pas hésiter à en parler avec son médecin traitant, son pédiatre ou son gynécologue pour juger du besoin d’une éventuellement substitution. La vitamine D se prescrit en goutte à prendre tous les jours, ou en ampoule pour une prise mensuelle ou trimestrielle.

Et les compléments alimentaires en pharmacie ?

C’est aussi une possibilité ! Mais attention, ils sont souvent très concentrés en vitamine D et sont donc plus à risque de surdosage en cas d’erreurs de prise. Le mieux est d’aller voir son médecin, qui saura déterminer le bon dosage et la bonne fréquence en fonction de ses besoins et de son état de santé. De plus, les traitements sur ordonnance sont pris en charge par l'Assurance Maladie.

Retrouvez une fois par mois votre nouveau rendez-vous avec l'Expert santé dans Vous êtes formidable sur France 3 Centre-Val de Loire et en replay sur la plate-forme france.tv.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité