Sécheresse : les éleveurs pourront nourrir les bêtes avec leurs jachères dans toute la région Centre-Val de Loire

Après une première vague d'annonces fin juillet, le ministère étend les aides promises aux agriculteurs contre la sécheresse. 

© AltoPress / Maxppp
La terre ne pourra pas se reposer, mais les bêtes ne mourront pas. Pour tenter d'endiguer les ravages de la sécheressee, le gouvernement autorise désormais les éleveurs à nourrir leurs bêtes en s'aidant de leurs jachères.

La mesure d'urgence a d'abord été annoncée le 31 juillet aux éleveurs de 47 départements. En région Centre-Val de Loire, le Cher, l'Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher et le Loiret, plus durement touchés, étaient les premiers à bénéficier de cette mesure. Le 12 août, la mesure a été étendue à l'Indre et à l'Indre-et-Loire.
 

Les jachères, un enjeu environnemental et financier


Pratique ancestrale pour ceux qui travaillent la terre, la jachère est une surface cultivable, mais laissée sans culture, ce qui permet au sol de se reposer et de reconstituer ses réserves en minéraux, en même temps que de favoriser la biodiversité. Plantes peu exigeantes, fleurs, repousses ou herbes folles, ces terres ne peuvent en principe pas être fauchées, ou même pâturées. Sous peine de voir s'évaporer certaines aides, comme le "paiement vert" Dans les départements concernés, ce paiement vert restera garanti pour les éleveurs qui auront besoin d'attaquer les jachères pour nourrir leurs bêtes. "La sécheresse vient aggraver une situation déjà difficile pour les éleveurs, dont les stocks de fourrage avaient été diminués par la répétition des sécheresses des années passées" reconnaît le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

"Cette autorisation à faucher ou faire pâturer les jachères est une réponse à effet immédiat. Je resterai particulièrement attentif à l’évolution de la situation" a déclaré le ministre Julien Denormandie
 
Eleveur, vous souhaitez bénéficier de cette autorisation ? Pour entamer la procédure, vous devez "adresser un courrier à la Direction départementale des territoires (DDT)/Direction départementales des territoires et de la mer (DDTM), expliquant les difficultés rencontrées en raison de la sécheresse et la nécessité d'utiliser les jachères et demandant en conséquence la prise en compte des circonstances exceptionnelles."
 

Les cultures dérobées, une mesure complémentaire


L'ensemble des départements de la région pourront aussi accéder à une autre mesure : le report de leurs cultures dérobées, qui s'intercalent entre deux cultures permanentes annuelles. Pour être considérée comme une "surface d'intérêt écologique", et générer les aides du paiement vert, une culture dérobée doit être plantée à des dates bien précises propres à chaque zone. 

Mais cette année, les agriculteurs ne peuvent respecter ces dates sous peine de voir leurs cultures brûlées, desséchées, ou stoppées dans leur croissance. Après un premier report jusqu'au 20 août, le gouvernement consacre ce 12 août un report possible jusqu'au 1er septembre.

"Dans les départements du Cher, de l’Indre, de l’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher, dont la période de présence débutait le 6 août au plus tard, les exploitants qui auraient déjà implanté leurs cultures dérobées doivent déposer une demande de dérogation si ces cultures dérobées ne lèvent pas ou partiellement" précise le ministère
 
Eleveur, vous souhaitez bénéficier de cette autorisation ? Pour entamer la procédure, des lettres-type sont à votre disposition sur le site internet de votre préfecture
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie sécheresse agriculture météo