• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Sécheresse : le scepticisme de la FNSEA face aux annonces du ministre de l'Agriculture en visite dans le Loir-et-Cher

Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture en visite dans le Loir-et-Cher lundi 22 juillet 2019
Didier Guillaume, ministre de l'Agriculture en visite dans le Loir-et-Cher lundi 22 juillet 2019

Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume est en visite dans le Loir-et-Cher au lendemain des premières annonces du gouvernement pour épauler les éleveurs français face à la sécheresse. Des annonces qui laissent très sceptique la FDSEA du Loiret. 

Par RB

Le versement anticipé d'une partie des aides européennes aux agriculteurs, une autorisation exceptionnelle d'exploiter les jachères, l'organisation de la solidarité entres les départements... Le gouvernement tente d'afficher sa mobilisation face à la sécheresse qui touche durement les éleveurs en cette période estivale. 
 
Depuis le 1er juillet, vingt-quatre départements bénéficient de la "clause de force majeure" pour permettre aux éleveurs de faucher les jachères et nourrir ainsi leurs animaux, ce qui est habituellement interdit. Parmi les départements de la région concernés : le Cher et l'Indre. Depuis hier, neuf autres départements ont été ajoutés à la liste dont le Loir-et-Cher et le Loiret. Trop tard, nous dit Cédric Benoist, président de la FDSEA du Loiret.

On réclame depuis début mai de pouvoir utiliser les jachères, aujourd’hui c’est trop tard car tout a brulé avec la sécheresse !

 Le syndicat majoritaire chez les agriculteurs se montre aussi assez dubitatif sur l'avance de trésorerie demandée par le gouvernement à l'Union Européenne. 

C’est une goutte d’eau dans la mare. Cela ne traite pas le fond du problème à savoir comment on trouve de la paille et du fourrage. La situation risque d’être critique pour les éleveurs avec la nouvelle canicule qui arrive. Il va y avoir un gros souci car il va falloir payer du foin plus cher que celui produit sur les exploitations.

En visite ce lundi matin dans une exploitation de Controis-en-Sologne dans le Loir-et-Cher, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a pourtant assuré qu'un système de solidarité entre départements allait se mettre en place pour permettre d'identifier les ressources disponibles de foin ou de paille excédentaire. 

Pour Cédric Benoist, il faut surtout réfléchir sur le long terme à une meilleure gestion de l’eau avec une politique de stockage pour assurer un minima d’autonomie aux exploitants. Interrogé sur le sujet dans "Les 4 vérités" sur France 2 ce lundi matin, Didier Guillaume a déclaré :

J’ai obtenu lors des dernières Assises de l’Eau le fait que nous puissions construire à nouveau des systèmes de retenue d’eau afin de faciliter la collecte et de stocker pour pouvoir après faire de l’irrigation.

En Centre-Val de Loire, les six départements restent placés en état de crise : seuls les prélèvements d'eau prioritaires sont autorisés, c'est-à-dire destinés à des usages de consommation, de santé, de sécurité civile et de salubrité. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le Blanc, commune rurale isolée

Les + Lus