Tour de France 2021 : la 6e étape se déroulera entre Tours et Châteauroux et la 7e étape partira de Vierzon

Dimanche 1er novembre, le parcours du Tour de France 2021 a été dévoilé. Il passera en Centre-Val de Loire avec deux étapes : Tours-Châteauroux et Vierzon-Le Creuzot
© TDF
Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France a dévoilé dimanche 1er novembre dans Stade 2 sur France 3, le parcours 2021 qui se déroulera du 26 juin au 18 juillet. Au programme : deux contre-la-montre, un passage dans les Alpes, plusieurs étapes dans les Pyrénées, et le Mont Ventoux x 2. Deux étapes sont prévues en Centre-Val de Loire avec Tours-Châteauroux et Vierzon-Le Creuzot. 


Une édition très française

Initialement prévue jeudi 29 octobre au Palais des congrès à Paris, la présentation du Tour de France 2021 a eu lieu sur le plateau de Stade 2 sur France 3, dimanche 1er novembre. Cette édition, dont le départ devait se tenir à Copenhague au Danemark, sera finalement entièrement française. Le TDF 2021 partira de Brest en Bretagne le 26 juin, passera en Centre-Val de Loire, puis dans le Alpes, dans les Pyrénées pour boucler la boucle sur les Champs-Elysées à Paris le 18 juillet. 

Tours en Indre-et-Loire, ville de départ de la 6e étape

Pour cette sixième étape du Tour de France 2021, les coureurs s'élanceront le 1er juillet de Tours en Indre-et-Loire, pour rejoindre Châteauroux dans l'Indre. Cette étape plate de 144 km avantagera les sprinteurs, mais elle pourrait être aussi marquée par un vent piégeux. À Châteauroux dans l'Indre, ce sera un sprint massif qui attendra les équipes. 

•Le commentaire de Christian Prudhomme : "Une brève étape en deux temps. Un zeste de douceur et d'émerveillement d'abord, en ménageant de jolis coups d'œil sur le chapelet des châteaux Renaissance, joyaux de l'incomparable patrimoine du Val de Loire. Du nerf ensuite, quand les formations protégeant les intérêts des sprinteurs imposeront sans doute leur rythme pour rallier l'arrivée". 

Tours, ville étape pour la 9e fois 

Les arrivées à Tours ont souvent consacré des sprinteurs, d’André Darrigade (1957 et 1961) à Marcel Kittel (2013) en passant par Marino Basso (1970) et Tom Boonen (2005). Il y a toutefois deux exceptions dans cette liste de lauréats avec Thierry Marie, parti sous la flamme rouge en 1992, et Léon van Bon, réglant ses compagnons d’échappée en 2000. Quant à la première étape aboutissant à Tours, au départ de Châtellerault en 1955, elle s’était disputée contre la montre pour un succès du regretté rouleur belge Jean Brankart, décédé en juillet dernier, et qui fut le dauphin de Louison Bobet à Paris cette année-là. 

Vierzon dans le Cher sera le départ de la 7e étape

Vendredi 2 juillet, le peloton partira de Vierzon dans le Cher, passera par Bourges pour arriver au Creuzot en Bourgogne. Ce sera une grande première, puisqu'en 108 ans d'existance, le TDF n'était encore jamais passé par Vierzon. Avec 248 km, l'étape sera la plus longue de cette édition.
Julian Alaphilippe, originaire de Saint-Amand-Montrond dans le Cher, tout auréolé de son titre de champion du monde aura sans aucun doute à coeur de bien faire chez lui, s'il se rétablit d'ici là de sa récente double fracture du poignet. D'autant que le "puncheur Français" a l'habitude de gagner une à deux étapes par an (deux en 2018 et 2019, une en 2020)  

•Le commentaire de Christian Prudhomme : "Au lendemain d'un « parcours-sprint », le Tour alternera les plaisirs en proposant sa plus longue étape depuis 21 ans. Mais longueur ne saurait rimer avec langueur : au fil d'une nouvelle belle balade culturelle (Bourges, Nevers, Bibracte, Autun...), le Morvan mettra 3 000 m de dénivelé au menu d'un final pimenté par l'inédit et sélectif signal d'Uchon".

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport